Japon: peine de mort requise au procès du tueur de 19 handicapés

Japon: peine de mort requise au procès du tueur de 19 handicapés
Des personnes attendent pour assister au procès de Satoshi Uematsu devant le tribunal de Yokohama, dans la banlieue de Tokyo, le 8 janvier 2020

, publié le lundi 17 février 2020 à 14h55

La peine capitale a été requise lundi au tribunal de Yokohama, dans la banlieue de Tokyo, à l'encontre de Satoshi Uematsu, un Japonais de 30 ans jugé pour le meurtre de 19 handicapés résidents d'une maison spécialisée.

"Nous demandons la peine de mort", a déclaré un représentant du bureau des procureurs de Yokohama devant la cour.

Le verdict est attendu le 16 mars.

Bien que son avocat ait plaidé qu'il était sous l'emprise de stupéfiants, M. Uematsu n'a pas nié les faits et assuré avoir agi en étant pleinement responsable. Il avait été arrêté juste après son forfait commis le 26 juillet 2016.

En pleine nuit, alors que la plupart des occupants dormaient, il s'était introduit dans un centre pour handicapés mentaux à Sagamihara, dans la banlieue ouest de Tokyo, lieu où il avait auparavant travaillé.

Il était passé de chambre en chambre pour poignarder les résidents, laissant 19 morts et 26 blessés, dont la moitié grièvement. Il s'était ensuite rendu dans un commissariat, ses couteaux ensanglantés avec lui, pour avouer son crime. Il est jugé pour six chefs d'inculpation au total.

La tuerie de Sagamihara, une des pires de l'histoire récente du Japon, avait horrifié le pays, où le taux de criminalité est extrêmement faible. L'opinion publique avait aussi été choquée par les motivations de Satoshi Uematsu, liées à sa haine déclarée des handicapés mentaux. Il n'a exprimé aucun remord.

Il avait quitté son emploi au centre de Sagamihara quelques mois avant son attaque. Hospitalisé de force après avoir raconté à des collègues qu'il comptait y faire un carnage, il avait toutefois été rapidement libéré, un médecin ne l'ayant pas jugé dangereux. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.