Italie: Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger

Italie: Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger
Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini (g) accueille un groupe de migrants en provenance du Niger, le 14 novembre 2018, à l'aéroport militaire de Pratica di Mare, près de Rome

AFP, publié le mercredi 14 novembre 2018 à 15h37

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), a accueilli en personne mercredi 51 migrants africains arrivés du Niger après avoir été évacués de Libye par l'ONU, en assurant que l'Italie restait "un pays d'accueil, généreux, solidaire".

"C'est la démonstration que l'Italie est un pays d'accueil, généreux, solidaire où l'on m'a confié le devoir de ramener un peu de règles et d'ordre et de tranquillité dans un phénomène qui, ces dernières années, nous avait échappé", a déclaré M. Salvini, arrivé au pouvoir avec la promesse de stopper les arrivées de migrants.

"La seule façon d'arriver pour des femmes et des enfants en difficulté, c'est l'avion, pas les canots pneumatiques parce que les canots sont gérés par des criminels qui en échange du trafic d'êtres humains achètent des armes", a-t-il assuré. 

M. Salvini est venu accueillir ces 51 réfugiés et demandeurs d'asile, essentiellement des familles ou des femmes seules avec enfants, sur le tarmac de l'aéroport militaire de Pratica di Mare, près de Rome.

Ces migrants -- 32 adultes et 19 mineurs -- viennent presque tous de la Corne de l'Afrique (Ethiopie, Erythrée, Somalie) et du Soudan. Ils faisaient partie des plus de 2.300 migrants vulnérables évacués depuis décembre par le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) de la Libye vers le Niger. 

Ils seront placés dans de familles d'accueil en Italie par l'association catholique Giovanni XXIII.

"C'est le premier d'une série d'avions, j'en prends l'engagement. Ce n'est pas parce Noël approche qu'il y a un geste de générosité devant les caméras", a assuré M. Salvini, en précisant que les prochaines arrivées se feraient probablement plus discrètement.

Grâce à des accords controversés conclus en Libye par le précédent gouvernement de centre gauche puis à la décision de M. Salvini en juin de fermer les ports italiens aux navires ayant secouru des migrants en mer, l'Italie a vu le nombre d'arrivées sur ses côtes chuter drastiquement à partir de l'été 2017.

En contrepartie, l'Italie s'est engagée à développer les initiatives pour faire venir légalement des personnes vulnérables bloquées en Libye, où des milliers de migrants sont soumis à des détentions arbitraires, extorsions et violences.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.