Italie: le défi migratoire, entre idées reçues et réalité

Chargement en cours
 La question migratoire a dominé la campagne électorale italienne

La question migratoire a dominé la campagne électorale italienne

1/3
© AFP

AFP, publié le samedi 03 mars 2018 à 08h23

La question migratoire a dominé la campagne électorale avant les élections législatives de dimanche en Italie, autour de quelques leitmotivs pas toujours en phase avec la réalité sur le terrain.

'Ils sont trop nombreux'

Selon l'Institut italien des statistiques (Istat), les étrangers en situation régulière sont 5 millions au sein des 60,5 millions d'habitants en Italie, soit 8,3% et autant que les Italiens résidant à l'étranger.

Ils sont principalement Roumains (23%), Albanais (9%), Marocains (8%), Chinois (5,5%), Ukrainiens (4,5%), Philippins (3,3%) et Indiens (3%) et travaillent dans le petit commerce, l'aide à domicile ou encore l'agriculture.

Mais ceux qui inquiètent vraiment sont les plus de 690.000 personnes originaires pour la plupart d'Afrique sub-saharienne ont débarqué depuis 2013 et dont une partie sont encore dans le pays, avec ou sans papiers.

Selon plusieurs estimations, les clandestins sont autour de 500.000, déboutés du droit d'asile ou arrivés avec un visa désormais expiré.

Reste une forte distorsion de la perception: selon un récent rapport de l'institut Eurispes, 30% des Italiens savent qu'il y a environ 8% d'étrangers dans leur pays. Tous les autres disent plus, voire beaucoup plus.

'Ils coûtent cher'

Selon le centre d'études sur l'immigration Idos, les immigrés rapportent entre 2,1 et 2,8 milliards d'euros de plus qu'ils ne coûtent aux comptes publics: plus jeunes que la moyenne des Italiens, ils cotisent plus qu'ils ne perçoivent de retraites ou de remboursements de santé.

Cependant, les arrivées via la Libye ont coûté à l'Etat plus de 4,2 milliards d'euros en 2017, selon le gouvernement: 18% pour les secours en mer, 13% pour l'assistance sanitaire et 65% pour les centres d'accueil pour demandeurs d'asile.

En 2013, il y avait 22.000 personnes dans ces centres. Fin janvier, le chiffre était monté à 182.000 grâce au développement de structures privées -- présentes dans 40% des communes -- auxquelles l'Etat verse 35 euros par personne et par jour.

'Ils ne font rien de la journée'

L'accueil des demandeurs d'asile varie beaucoup selon les structures. Certaines fournissent les cours d'italien et le soutien psychologique requis, et proposent aussi des matches de foot, du bénévolat, des stages... Une floraison d'activités qui permettent aussi à des communes rurales en déshérence de reprendre vie.

Mais d'autres structures rognent sur tous les frais, entassant des centaines de personnes qui se meurent d'ennui en attendant une décision sur leur statut, ce qui peut prendre plus de 2 ans, laissant croître la colère et la méfiance parmi les migrants comme les riverains.

"Les gens deviennent fous là. Il y a beaucoup de jeunes dont la tête ne tourne plus rond au bout de quelques mois", raconte ainsi Moussa Bamba, Ivoirien de 32 ans qui a passé plusieurs mois dans l'un de ces centres.

'Ils sont condamnés à la délinquance'

La forte médiatisation d'une série de faits divers sordides attribués à des étrangers a relancé les questions sur un lien entre immigration et insécurité, mais selon le ministère de l'Intérieur, le nombre de crimes et délits a baissé en Italie depuis 10 ans, alors même que le nombre d'étrangers progressait fortement.

Cependant, les détenus étrangers représentent actuellement 16% de la population carcérale en Italie, le double de leur proportion dans la population, selon le ministère de la Justice.

Mais beaucoup sont des clandestins: selon plusieurs rapports récents, les taux de criminalité des étrangers en situation régulière sont comparables à ceux des Italiens, mais augmentent fortement parmi les clandestins.

'Il faut arrêter ça'

Les candidats de droite et d'extrême droite mais aussi du Mouvement 5 étoiles promettent de stopper le flux d'arrivées et d'expulser des centaines de milliers de clandestins.

Mais l'avenir des flux via la Libye dépendra avant tout de la stabilisation du pays et de la pérennisation des accords controversés conclus par Rome avec les autorités et des milices libyennes, qui ont permis de faire baisser les arrivées de 70% depuis l'été 2017.

Et l'expulsion de foules de clandestins devra être précédée d'une multiplication des accords avec les pays d'origine. Un effort en ce sens a permis une hausse de 12% des expulsions en 2017: selon le ministère de l'Intérieur, elles sont passées de 5.817 en 2016 à 6.514 l'an dernier.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
34 commentaires - Italie: le défi migratoire, entre idées reçues et réalité
  • Idées reçues et réalité ! , mais aussi propagande pro- immigration qui idéalise ,"angélise " ,l'immigré et culpabilise le citoyen contribuable. La solution refouler tout migrant , homme seul, en état de subvenir à ses besoins

  • avatar
    smiles42  (privé) -

    Les Italiens sont comme tout le monde et comme la plupart des Français! Ils en ont assez de cette Europe qui prend notre Argent pour faire "sa soupe", booster la croissance en Pologne et en Roumanie mais ne règle aucun Problème de fond pas même les Paradis Fiscaux comme ceux du LUXEMBOURG, de l'Irlande et même Andorre dont MR MACRON est Co-prince. Elle a plus d'aisance pour prendre 8 milliards d’impôts aux Français, sans retour, qui se perdent dans les sables de la Bureaucratie de BRUXELLES , que pour faire payer les GAFA.

  • Est ce que par lobbying certaines entreprises..,

    Ne favorise pas ce phénomène par intérêts ?

  • Ce genre de "centre d'études" militant, globalise tous les "immigrés" ...y compris les européens ;
    De surcroît,il ne tient jamais compte de l'inadéquation au monde du travail de la plus grande part des immigrés
    venus d'Afrique et du Moyen-Orient ...Qui donne de très fort taux de chômage ...Et donc , pas de cotisations !

    Mais même en prenant en compte ces chiffres biaisés favorables à l'immigration , l'article est obligé de reconnaitre
    que l'immigration coute deux fois plus qu'elle ne rapporte !!

  • Accueillir des migrants part d'un bon sentiment encore faut il avoir les moyens de les intégrer et ce n'est pas le cas dans la plupart des pays d'Europe.
    La Norvège, (qui n'est pas dans l'UE) accueille les étrangers, mais les oblige à apprendre la langue. Ensuite un travail leur est proposé ainsi qu'un logement. Si le travail et le logement leur conviennent, ils doivent se perfectionner en langue à leurs frais.
    S'ils ne suivent pas ce protocole d'insertion, ils doivent quitter le pays.
    Le chômage en Norvège était de 2,5% et le salaire moyen était d'environ 2300€/mois lorsque j'y suis allé en 2012.
    Voilà un exemple de "vivre ensemble".