Monde

Italie : l'île de Lampedusa ne parvient plus à faire face à l'afflux de migrants

Les autorités italiennes sont dépassées par le flux massif de migrants sur l'île de Lampedusa. Ces dernières 24 heures, 6 000 d'entre eux ont ainsi posé le pied sur la terre ferme alors que le pays n'est plus en mesure de les accueillir faute de places.

C'est une véritable tragédie qui est actuellement en train de se jouer en Méditerranée. Sur l'île italienne de Lampedusa, ces dernières 24 heures près de 6 000 personnes ont posé le pied-à-terre selon la porte-parole de la Croix-Rouge italienne, Francesca Basile, rapporte BFMTV. Dispersés sur 120 bateaux, le plus souvent de fortune, les migrants arrivent de toute l'Afrique du Nord, et principalement de Libye depuis le passage de la tempête Daniel. Le centre d'accueil de l'île, dont la capacité ne peut dépasser les 400 places, se retrouve submergé par cet afflux important de migrants. Le maire de la ville, Filippo Mannino a ainsi décrété l'état d'urgence sur l'île dans la soirée de mercredi 13 septembre. De son côté, le ministre des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a annoncé sur X que le gouvernement a pour objectif de progressivement transférer les arrivants vers d'autres villes italiennes.

Marion Maréchal sur place

Interrogée ce matin sur le plateau de nos confrères, Marion Maréchal avait déploré une "submersion migratoire" avant de se rendre dans la journée sur l'île de Lampedusa pour apporter son "soutien à l'Italie abandonnée par l'Union européenne face à la submersion migratoire". Celle qui sera la tête de liste de Reconquête ! aux prochaines élections européennes de 2024 estime que "[cette séquence] nous rappelle l'immense enjeu que représentent ces élections européennes". Et d'ajouter : "À savoir, changer non seulement de majorité, ce qui sera possible, et changer la présidence de la commission."

En visite à Menton (Alpes-Maritimes), le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé qu'une réunion se tiendra vendredi 15 septembre dans l'après-midi pour discuter de la situation en Italie. Autour de la table, des représentants des forces de l'ordre et de la Direction générale des étrangers en France tâcheront d'évaluer la situation sur place, de cartographier les impacts sur la France et évalueront les dispositifs aux frontières.

Chaque année, des centaines de personnes trouvent la mort en tentant de regagner le continent européen. En 2023, plus de 2 000 personnes ont ainsi perdu la vie sur des embarcations de fortune. Dernière victime en date, dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13, une enfant de cinq ans est morte noyée après être tombée à l'eau.

publié le 14 septembre à 20h00, Kévin Comby, 6Medias

Liens commerciaux