Israël dit avoir abattu l'un des meurtriers palestiniens d'un rabbin

Chargement en cours
 Des Palestiniens affrontent des soldats israéliens, le 18 janvier 2018 à Jénine en Cisjordanie occupée

Des Palestiniens affrontent des soldats israéliens, le 18 janvier 2018 à Jénine en Cisjordanie occupée

1/2
© AFP, JAAFAR ASHTIYEH

AFP, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 12h30

Les forces israéliennes ont indiqué jeudi avoir abattu l'un des meurtriers palestiniens d'un rabbin, lors d'une opération d'envergure marquée par de violents heurts à Jénine en Cisjordanie occupée.

Deux membres de la police israélienne antiterroriste ont été blessés, dont l'un gravement, dans un échange de tirs nourri qui a éclaté au cours du raid nocturne mené conjointement avec l'armée et le renseignement israéliens, ont-elles précisé.

Le ministère palestinien de la Santé a fait état de la mort d'un Palestinien de 31 ans, Ahmed Ismaïl Jarrar, au cours de l'opération.

Il l'avait initialement identifié incorrectement comme Ahmed Nasser Jarrar, 22 ans. Ce dernier est le fils de Nasser Jarrar, un commandant du Hamas islamiste tué par les forces israéliennes pendant la seconde intifada ou soulèvement populaire palestinien (2000-2005).

La famille d'Ahmed Nasser Jarrar a indiqué de son côté, être sans nouvelles de ce dernier.

Les forces israéliennes menaient depuis des jours une traque pour retrouver les meurtriers du rabbin Raziel Shevah, 35 ans, tué le 9 janvier alors qu'il circulait dans sa voiture près de la colonie de Havat Gilad où il vivait. Un véhicule s'était porté à sa hauteur et les occupants avaient ouvert le feu, selon les médias. Au total, 22 impacts de balle avaient été dénombrés.

L'intervention militaire israélienne a donné lieu à des affrontements prolongés au cours de la nuit, ont indiqué des témoins.

Les Palestiniens ont lancé des engins incendiaires et des pierres, et tiré sur les forces israéliennes, selon l'armée, qui a dit avoir riposté avec des moyens de dispersion et à balles réelles.

Les forces israéliennes ont démoli deux maisons appartenant à la famille Jarrar, ont dit des témoins.

L'opération militaire se poursuivait jeudi, a dit l'armée israélienne. Des suspects ont été arrêtés.

Après l'assassinat du rabbin, des responsables israéliens ont dénoncé un acte de "terrorisme" palestinien, dans un contexte de tensions depuis la reconnaissance, un mois plus tôt, par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Dix-huit Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes depuis cette annonce le 6 décembre, la plupart au cours d'affrontements.

"Nous mettrons la main sur tous ceux qui s'en prennent à nous et nous leur ferons rendre des comptes", a réagi dans un communiqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, actuellement en Inde.

"Les terroristes n'auront nulle part où se cacher, nous les retrouverons partout où ils sont", a assuré le ministre de la Défense Avigdor Lieberman.

Plus de 600.000 colons israéliens vivent, souvent de façon conflictuelle, avec près de trois millions de Palestiniens en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est annexée.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
16 commentaires - Israël dit avoir abattu l'un des meurtriers palestiniens d'un rabbin
  • encore que depuis le temps on en a pris l'habitude lorsque ils disent Cisjordanie occupée on transforme en Judée et Samarie libérée et pour Jérusalem c'est la même chose
    franchement il est préférable que ce territoire est à des personnes qui en veulent plutôt
    qu' des personnes qui ne vivent que de subvention regardez Gaza ils s'emmerdent tellement qu'ils ne font que procréer en attendant les subventions .

  • avatar
    humaminor  (privé) -

    Nous avons connu cette appellation terroriste des occupants pour les résistants en France, pendant l'occupation. Nommé acte de terrorisme des actes de résistance c’est déjà vouloir tromper l’opinion publique. C’est l‘occupation d‘un territoire par des militaires pour coloniser qui provoque une résistance légitime, les colonisés ne demandent que la décolonisation, l’application de la justice internationale. Les lois internationales sont à faire appliqués d’urgence en Palestine, seul problème le gendarme du monde est un ripou. La paix avant tout.

  • un à un la balle au centre, à qui le tour

  • Et encore un crime de plus pour ce gvt d'extrême droite israélien colonisateur...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]