Inde: un clown aide les enfants de Bombay à affronter le Covid

Chargement en cours
Ashok Kurmi, déguisé en clown, sensibilise les enfants au Covid-19 dans un bidonville de Bombay, le 2 juin 2021
Ashok Kurmi, déguisé en clown, sensibilise les enfants au Covid-19 dans un bidonville de Bombay, le 2 juin 2021
1/4
© AFP, Indranil MUKHERJEE

publié le vendredi 04 juin 2021 à 09h56

Ashok Kurmi, travailleur social bénévole, aide une armée de jeunes fans à se battre contre le coronavirus dans les bidonvilles de Bombay, utilisant un accessoire quelque peu inhabituel: un costume de clown.    

Vêtu d'un déguisement rouge écarlate, dûment maquillé et arborant une perruque aux couleurs de l'arc-en-ciel, ce cadre de 37 ans passe ses jours de congé à désinfecter l'espace public, distribuer des masques et sensibiliser la population sur le Covid-19.     

"Les agents municipaux portent un équipement de protection qui effraie les habitants des bidonvilles, surtout les enfants", raconte M. Kurmi à l'AFP. "A l'aide de mes différents costumes, je sensibilise sans faire peur aux gens. Et je suis capable de les aider un peu".

Au cours de l'année précédente, il s'est déguisé en Père Noël, Mickey Mouse, ou encore Spiderman, le superhéros de Marvel. Mais c'est son accoutrement de clown qui a le plus de succès, dit-il.   

Lors d'une récente visite à Dharavi, le plus grand bidonville d'Inde, un groupe d'enfants l'a poursuivi, chantant à tue-tête "joker, joker", tout en tendant la paume de leurs mains pour se les désinfecter.

Posters et supports visuels à l'appui, M. Kurmi leur avait patiemment montré comment se laver les mains et porter correctement un masque.

"J'ai travaillé au sein d'une compagnie pharmaceutique ces quinze dernières années, mais le travail social, c'est ma passion", dit-il.

Il dépense environ 15.000 roupies (170 euros), soit un tiers de son salaire mensuel, pour acheter des costumes, du maquillage et du matériel sanitaire qu'il distribue aux personnes qu'il rencontre.  

Alors que Bombay se prépare à affronter une troisième vague de l'épidémie de coronavirus, ses efforts se sont avérés d'autant plus importants. 

La pandémie a dévasté l'Inde, contaminant plus de 28 millions de personnes, et en tuant plus de 300.000.  

Malgré les risques liés à ses visites dans des zones densément peuplées de la ville, Ashok Kurmi ne se laisse pas décourager. 

"Jusqu'à la fin de cette pandémie, je continuerai d'aider les gens, déguisé en clown", jure-t-il. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.