ALERTE INFO
20:26 Euro : Karim Benzema rappelé en Equipe de France

Inde: des centaines de pèlerins de Kumbh Mela testés positifs au virus

Chargement en cours
Des pèlerins au bord du Gange pour le rassemblement de Kumbh Mela à Haridwar, le 12 avril 2021 en Inde
Des pèlerins au bord du Gange pour le rassemblement de Kumbh Mela à Haridwar, le 12 avril 2021 en Inde
1/3
© AFP, Money SHARMA

publié le mercredi 14 avril 2021 à 15h03

Des centaines de personnes ont été testées positives au coronavirus au sein des foules qui se pressent actuellement sur les bords du Gange en Inde, la plupart sans masque pour le pèlerinage hindou de Kumbh Mela, l'un des principaux rassemblements religieux du monde, ont annoncé mercredi les autorités.

Le virus a été découvert chez plus d'un millier de pèlerins en à peine 48 heures à Haridwar dans l'Etat de l'Uttarakhand (Nord), où a lieu cette année le rassemblement.

L'Inde connaît une nouvelle flambée du virus. Les experts incriminent les fêtes religieuses, les meetings politiques et tous les lieux publics bondés. Mercredi, le gouvernement a ajourné les examens scolaires prévus en mai-juin pour les 15-18 ans.

Les pèlerins, eux, continuent à se rassembler massivement pour les festivités de Kumbh Mela ("foire de la cruche" en hindi), classées au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco.

En raison de la pandémie, le gouvernement a restreint cette année le rassemblement pour lequel des tests du Covid-19 sont en théorie exigés.

Des dizaines de millions de personnes participent à ce pèlerinage qui se déroule environ tous les trois ans, en alternance dans quatre villes (Allahabad, Haridwar, Nashik et Ujjain) et revient dans chacun de ces lieux tous les douze ans, avec des rassemblements intermédiaires à Allahabad et Haridwar. Le dernier s'était tenu en 2019 à Allahabad dans le Sud de l'Uttar Pradesh (Nord).

Le virus n'a pas dissuadé les pèlerins de se rassembler en nombre. Lundi et mardi, la foule était entassée sur les rives du fleuve en attendant de pouvoir s'y plonger. Pour les hindous, ce bain permet de se purifier de ses péchés et de se rapprocher du salut.

- Eaux "salvatrices" -

"Notre foi est la chose la plus importante pour nous", explique à l'AFP Siddharth Chakrapani, membre de l'un des comités d'organisation, et les pèlerins croient que les eaux du Gange vont "les sauver de la pandémie".

Sur environ 50.000 prélèvements effectués à Haridwar, 408 se sont révélés positifs au virus lundi et 594 mardi, a annoncé le gouvernement de l'Uttarakhand.

Mercredi, Yogi Adityanath, le ministre en chef de l'Etat voisin d'Uttar Pradesh, a annoncé sur Twitter être positif au Covid-19.

L'Inde est devenue lundi le deuxième pays le plus touché au monde par le virus en nombre de cas avec 13,5 millions de contaminations, dépassant le Brésil.

Ce pays de 1,3 milliard d'habitants affichait mercredi plus de 184.000 nouvelles infections sur les dernières 24 heures, la plus forte progression en un jour depuis le début de la pandémie, portant le total des cas à près de 13,9 millions.

Le bilan quotidien des décès a dépassé le millier mercredi pour la première fois depuis la mi-octobre.

Des couvre-feux ainsi que des restrictions aux déplacements et aux activités sont imposées localement. A Bombay, capitale financière du pays dans le Maharashtra, soumise à des mesures plus sévères de confinement, l'AFP a interrogé des travailleurs migrants attendant dans une gare.

Ils expliquent qu'ils retournent chez eux dans d'autres Etats après l'annonce de ces restrictions. "Depuis, je n'ai plus aucun travail, je ne peux pas payer mon loyer", confie à l'AFP l'un d'eux, Imraan Khan.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.