Impatience avant l'ouverture d'un couloir de pèlerinage sikh entre Inde et Pakistan

Impatience avant l'ouverture d'un couloir de pèlerinage sikh entre Inde et Pakistan
Des travailleurs nettoient le sol du mausolée du gourou Nanak, fondateur de la religion sikhe, à Kartarpur au Pakistan, le 6 novembre 2019

, publié le jeudi 07 novembre 2019 à 14h46

Des milliers de sikh indiens attendent impatiemment l'ouverture prévue samedi d'un corridor leur permettant de se déplacer sans visa au Pakistan pour visiter le mausolée du fondateur de leur religion, rare succès diplomatique entre deux voisins aux relations houleuses.

Ces derniers mois, un pont a été construit entre les deux pays et le site de Katarpur, dans l'est du Pakistan, a été embelli et agrandi. Un accord indo-pakistanais a été signé sur le sujet fin octobre après des mois de discussions. Quelque 5.000 pèlerins pourront s'y rendre chaque jour.

"Si vous regardez l'histoire, le sikhisme a été créé au Pakistan", a commenté le gardien du sanctuaire, Ramash Singh Arora.

La tombe du gourou Nanak, qui a fondé cette religion au XVe siècle, est un lieu aussi important pour ses fidèles que peut l'être La Mecque pour les musulmans, a-t-il comparé.

Mais si le nombre de sikhs est estimé à 20.000 au Pakistan, des millions d'entre eux vivent en Inde, où beaucoup ont fui après la violente partition de ces pays en 1947, qui a provoqué la plus importante migration de masse de l'histoire et causé la mort d'au moins un million de personnes.

Rares sont les sikh indiens à avoir pu visiter Katarpur. Ce projet, demandé par New Delhi depuis longtemps, avait été empêché par des années de froid diplomatique entre deux pays qui se sont livré trois guerres en 72 ans.

Son ouverture samedi aura lieu quelques jours seulement avant le 550e anniversaire du gourou Nanak, le 12 novembre, qui est célébré par des millions de sikhs dans le monde.

Le Premier ministre indien Narenda Modi saluera les pèlerins à leur départ d'Inde, tandis que son homologue pakistanais Imran Khan les accueillera à leur arrivée au mausolée, quelques kilomètres plus loin, de l'autre côté de la frontière.

"Depuis plus de 70 ans, les pèlerins n'ont pas eu la chance de traverser. (...) Ca va être un moment très émouvant", a réagi Karan Deep Singh, venu de Malaisie.

L'Australien Bhajan Singh Grewal a de son côté espéré que le corridor aidera à rétablir les liens entre les nations rivales, car "la bonne volonté" autour de Katarpur est selon lui "évidente".

Les relations entre Inde et Pakistan demeurent extrêmement tendues au sujet du Cachemire, territoire montagneux majoritairement peuplé de musulmans que se disputent les deux pays.

Les deux armées se sont brièvement affrontées dans les airs en février. Les échanges de tirs de part et d'autre de la Ligne de contrôle - la frontière de facto divisant le Cachemire - demeurent fréquents.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.