"Ils m'ont examiné comme si j'étais un animal" : en Tunisie, des "tests de la honte" pour "identifier" les homosexuels

"Ils m'ont examiné comme si j'étais un animal" : en Tunisie, des "tests de la honte"  pour "identifier" les homosexuels©BRUT

franceinfo, publié le vendredi 09 février 2018 à 16h36

En Tunisie, la justice impose encore des tests anaux aux hommes arrêtés à cause de leur homosexualité. La justice peut même les condamner à de la prison ferme pour homosexualité. Une loi contestée par Shams, une association qui lutte pour la dépénalisation de l'homosexualité en Tunisie, dont le président Mounir Baatour a répondu à quelques questions pour Brut.

On voit que la personne est efféminée, on l'amène au poste, on l'interroge, on l'oblige à donner le mot de passe de son téléphone.

Mounir Baatour

L'homosexualité, entre tabou et délit

 En Tunisie, 70 personnes ont été condamnées en 2017 à de la prison ferme à cause de leur homosexualité. Le président de Shams explique les interpellations arbitraires de la police tunisienne : "On voit que la personne…

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - "Ils m'ont examiné comme si j'étais un animal" : en Tunisie, des "tests de la honte" pour "identifier" les homosexuels
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]