«Il n'y a pas de rival sérieux qui émerge»

A lire aussi

Libération, publié le lundi 20 novembre 2017 à 21h16

H

ans Stark est secrétaire général du Comité d'études des relations franco-allemandes à l'Institut français des relations internationales (Ifri) et professeur de civilisation allemande à la Sorbonne.

L'échec des négociations signe-t-elle la fin de l'ère Merkel ?

Nous sommes face à une situation politique inédite en Allemagne. Cela signe l'échec d'une politique centriste, puisque dans la période 2013-2017 le SPD et la CDU s'étaient rapprochés du centre. Lors des législatives du 24 septembre, les électeurs ont jugé cette politique molle et consensuelle, malgré un bilan positif dans l'ensemble, sur la question de l'emploi et même sur les enjeux migratoires. Merkel est sortie très affaiblie par les mauvais scores de la CDU pendant les élections, par les dissensions entre…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - «Il n'y a pas de rival sérieux qui émerge»
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]