Le péché originel version LGBTQ dans une église luthérienne de Suède

Chargement en cours
La photographie de l'artiste Elisabeth Ohlson Wallin, qui représente la scène du péché originel version LGBTQ, installée dans une église luthérienne de Malmö, le 29 novembre 2019
La photographie de l'artiste Elisabeth Ohlson Wallin, qui représente la scène du péché originel version LGBTQ, installée dans une église luthérienne de Malmö, le 29 novembre 2019
1/3
© AFP, Johan NILSSON, TT News Agency

, publié le mercredi 11 décembre 2019 à 18h09

Deux Eve d'un côté de l'arbre, deux Adam de l'autre, chaque couple flirtant lascivement: une scène du péché originel version LGBTQ a été installée dans une église luthérienne suédoise mais doit en être retirée, le diocèse estimant qu'elle donne une mauvaise image des transsexuels.

Oeuvre de l'artiste Elisabeth Ohlson Wallin, la photographie de 1,3 mètre sur 1,9 a été offerte à l'église Saint-Paul de Malmö, la troisième ville du pays, où elle trône à la droite de l'autel depuis son inauguration le 1er décembre, premier dimanche de l'Avent.

Perché dans l'arbre, un serpent représenté sous les traits d'une femme transsexuelle: parce qu'il est souvent associé au mal, c'est le reptile qui froisse la paroisse.

"Cela rend possible l'interprétation qu'une personne trans est mauvaise. L'Eglise suédoise ne peut absolument pas accepter ça", a écrit mercredi dans un communiqué le diocèse qui a demandé que l'objet du délit soit décroché dans les prochains jours.

Une décision qui chagrine la pasteure de Saint-Paul, Sofia Tunebro. "Cela fait dix ans qu'on marie des couples homosexuels et avec ce tableau, c'est un peu comme si on accrochait une photo de mariage dans l'église", dit-elle.

"Elisabeth Ohlson Wallin a fait énormément pour l'intégration et la représentation (des personnes LGBTQ) dans le monde chrétien", ajoute la ministre ordonnée il y a 12 ans.

Déception aussi pour l'artiste de 58 ans, qui se dit elle-même croyante et s'était rendue célèbre il y a une vingtaine d'années avec une exposition controversée montrant notamment Jésus en talons aiguille entouré de douze apôtres travestis.

"Ma vocation a été de créer des oeuvres chrétiennes dans lesquelles les personnes LGBTQ peuvent s'identifier", explique-t-elle à l'AFP.

L'Eglise luthérienne de Suède, dirigée depuis 2013 par une femme archevêque, a été parmi les premières à autoriser l'ordination des femmes (1958), et les mariages homosexuels (2009). En 2009 également, Eva Brunne est devenue la "première évêque ouvertement homosexuelle du monde", comme l'écrivaient les journaux de l'époque.

"L'Eglise de Suède veut être une église de son temps et suit les changements observés dans la société", note Magdalena Nordin, professeur de religion à l'Université de Göteborg.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.