Hong Kong : interdiction pour une députée exclue de se représenter

Hong Kong : interdiction pour une députée exclue de se représenter
La députée exclue Lau Siu-lai (3e à partir de la gauche) n'a pas le droit de tenter de reconquérir son siège à cause de son soutien à l'autodetermination

AFP, publié le vendredi 12 octobre 2018 à 17h57

Les autorités électorales hongkongaises ont interdit vendredi à Lau Siu Lai, une députée destituée en 2016, de se présenter à une élection partielle pour tenter de reconquérir son siège, en raison de son soutien à l'autodétermination du territoire.

Lau Siu Lai, qui avait été exclue en 2016 du Conseil législatif de Hong Kong pour la manière dont elle avait prêté serment à Pékin, considérée comme incorrecte, s'est vu interdire de se présenter à une élection partielle prévue pour le 25 novembre.

Selon le document signé par le directeur du scrutin, le soutien manifesté par Mme Lau à l'autodétermination de Hong Kong représente un rejet total de l'autorité de Pékin sur ce territoire semi-autonome du sud de la Chine.

Mme Lau a déclaré vendredi à la presse qu'on ne lui avait donné aucune chance de se défendre et a affirmé que le directeur du scrutin avait fait usage de "violence institutionnelle" pour déformer son point de vue.

"Se présenter à une élection est notre droit, comment un gouvernement peut-il nous en priver ?", a-t-elle ajouté.

Un groupe de députés pro-démocratie présents à la conférence de presse ont scandé "Honte à la censure politique, honte à la persécution politique" pour exprimer leur soutien à Mme Lau.

Le gouvernement de Hong Kong a approuvé la décision des autorités électorales.

"Si une personne défend ou promeut l'autodetermination ou affirme que l'indépendance pourrait être une option pour Hong Kong, il ou elle ne peut pas défendre la Loi fondamentale ni remplir son devoir en tant que député", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Mercredi, le chef de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam a averti que les autorités "agiront sans faiblesse" contre les appels à l'indépendance et pour protéger les intérêts chinois.

Le gouvernement de Hong Kong a été ces derniers jours accusé d'une atteinte sans précédent à la liberté de la presse, quand il a refusé de renouveler le visa de travail d'un journaliste britannique travaillant à Hong Kong.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.