Heurts après la fermeture d'une école palestinienne par Israël

Chargement en cours
Un palestinien et un soldat israélien se dispute après la décision des autorités israéliennes de fermer une école palestinienne dans la ville d'as-Sawiyah, au sud de Naplouse, le 15 octobre 2018
Un palestinien et un soldat israélien se dispute après la décision des autorités israéliennes de fermer une école palestinienne dans la ville d'as-Sawiyah, au sud de Naplouse, le 15 octobre 2018
1/2
© AFP, JAAFAR ASHTIYEH

AFP, publié le lundi 15 octobre 2018 à 19h39

Des heurts ont opposé Palestiniens et forces de sécurité israéliennes lundi à la suite de la fermeture, ordonnée par l'armée, d'une école de Cisjordanie occupée, ont constaté des journalistes de l'AFP.

L'armée israélienne a indiqué que l'école était depuis des mois à l'origine de violences, sous la forme de jets de pierres vers une route empruntée par les militaires et les colons israéliens.

L'école, située sur un important axe routier de Cisjordanie, accueille des élèves palestiniens des villages d'As-Sawiya et Al-Lubban au sud de Naplouse.

L'armée israélienne a émis dimanche un ordre de fermeture de l'établissement, mais les élèves ont tenté d'y pénétrer lundi matin en compagnie de responsables palestiniens, selon des journalistes de l'AFP.

Des heurts ont éclaté dans l'école et aux abords, et des soldats et des garde-frontières israéliens ont tiré des grenades lacrymogènes, y compris dans l'enceinte de l'établissement.

Quatre personnes ont été atteintes par des projectiles en caoutchouc, a indiqué le Croissant Rouge palestinien, tandis qu'un certain nombre d'autres ont été affectées par les lacrymogènes.

Un photographe de l'AFP a été blessé durant les heurts.

Samer Ewass, un responsable palestinien local, a expliqué que les habitants étaient opposés à la décision des autorités israéliennes. 

"Ces enfants ont droit à l'éducation, ils ont le droit de s'assoir en classe comme tous les enfants du monde", a-t-il dit à l'AFP.

L'école a été fermée "en réaction à un nombre important d'actes terroristes qui ont mis en danger la vie d'Israéliens et de Palestiniens circulant sur la route" proche, a dit de son côté l'armée israélienne.

Entre la Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis plus de 50 ans, et Jérusalem-Est annexée, plus de 600.000 colons israéliens mènent une coexistence souvent conflictuelle avec trois millions de Palestiniens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.