Hausse des prix du carburant : "pas de retour en arrière", avertit Bruno Le Maire

Hausse des prix du carburant : "pas de retour en arrière", avertit Bruno Le Maire
Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018.

publié le samedi 27 octobre 2018 à 21h14

Le gouvernement ne fléchit pas malgré les appels à bloquer les routes et les autoroutes le 17 novembre prochain.

Alors que la grogne des automobolistes monte face à la hausse des prix à la pompe, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a rappelé la fermeté du gouvernement sur les taxes de carburant, dans une interview au Parisien, samedi 27 octobre.



"Une bonne politique, c'est de garder son cap. Nous ne ferons pas de retour en arrière", a-t-il martelé.

La hausse des prix des carburants "est d'abord liée à la hausse des prix du pétrole", estime Bruno Le Maire, qui détaille : "sur les 20 centimes d'augmentation du litre d'essence depuis un an, plus de 16 centimes résultent de l'augmentation du prix du baril".

La fronde s'organise

Pour compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants, le ministre de l'Economie souhaite que les constructeurs automobiles contribuent au financement de la prime à la conversion versée pour l'achat d'une voiture plus propre, mesure phare du gouvernement.



Cette augmentation suscite un mécontentement croissant des Français. Une pétition lancée par Priscilla Ludosky, une automobiliste en colère, sur "Change.org" pour faire baisser les prix à la pompe avait déjà recueilli samedi soir plus de 390.000 signatures.

Des appels à bloquer les routes et les autoroutes le 17 novembre prochain se multiplient également sur les réseaux sociaux, auxquels s'est joint le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. Des élus et responsables du Rassemblement national ont également manifesté leur soutien à ces initiatives.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.