Gymnastique: un procureur spécial pour comprendre pourquoi personne n'a stoppé Nassar

Gymnastique: un procureur spécial pour comprendre pourquoi personne n'a stoppé Nassar

L'ex-médecin sportif américain Larry Nassar au dernier jour de l'audience pour déterminer sa sentence, le 24 janvier 2018 à Lansing

Former Michigan State University and USA Gymnastics doctor Larry Nassar ...

AFP, publié le samedi 27 janvier 2018 à 19h46

Un procureur spécial va enquêter sur les dysfonctionnements au sein de l'université du Michigan (MSU) pour comprendre "pourquoi et comment" l'ex-médecin sportif Larry Nassar, lourdement condamné pour des abus sexuels sur de jeunes gymnastes, "a pu agir ainsi pendant près de vingt ans".

Le procureur général de cet Etat du nord des Etats-Unis, Bill Schuette, a promis samedi lors d'une conférence de presse "une enquête complète et approfondie sur ce qui s'est passé à l'université du Michigan, du bureau du président jusqu'à la base".

"Nous allons pointer les projecteurs dans chaque coin de l'université", pour "établir qui savait quoi, qui a pris des décisions et qui a échoué à en prendre, ce qui s'est passé ou ne s'est pas passé, et ce qui aurait dû se passer", a-t-il martelé.

Il a annoncé la nomination d'un "procureur spécial indépendant", Bill Forsyth, pour diriger l'enquête. Ce dernier a dit vouloir comprendre comment Larry Nassar "a pu agir ainsi pendant près de vingt ans", "pourquoi et comment personne n'a mis fin à sa conduite de prédateur". Et surtout, "qui", au sein de l'université, "était au courant de ce qu'il faisait".

Larry Nassar a été condamné mercredi à une peine allant de 40 à 175 années de prison pour sept chefs d'inculpation dans cette affaire qui a secoué le monde de la gymnastique américaine, au terme d'un procès historique au cours duquel les victimes, championnes comme anonymes, ont livré des témoignages poignants de leur vie brisée.

Le Comité olympique américain a reconnu mercredi sa responsabilité et annoncé qu'une commission d'enquête indépendante allait "déterminer comment des abus d'une telle ampleur ont pu ne pas être détectés pendant aussi longtemps". La direction de la fédération américaine de gymnastique a annoncé vendredi sa démission en bloc.

La justice s'intéresse aussi aux failles à la MSU, où travaillait également le Dr Nassar jusqu'en 2016. Son conseil d'administration a demandé au procureur général de l'Etat de se pencher sur leur gestion du scandale.

"Je n'ai pas besoin de conseils de la part du conseil d'administration de la MSU sur la manière de mener une enquête. Franchement, ils sont les moins bien placés pour donner des conseils, vu leur attitude pendant toute cette affaire", a répondu samedi Bill Schuette. "Leur attitude pendant toute cette affaire parle d'elle-même", a-t-il lancé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Gymnastique: un procureur spécial pour comprendre pourquoi personne n'a stoppé Nassar
  • parce que ses athlètes réussissaient, et qu'importe les moyens ! celà n'empêchait pas ces administrateurs des fédérations sportives tant qu'il y a des résultats positifs, sauf pour la drogue ... mais le harcélement dont les ados ressentait qu'il était consenti par leur entourage sportif , médical et familial !!! irresponsables étaient tous par les traumatismes que leurs enfants, leurs athlètes allaient endurer et faire des vies de malheur pour quelques jours de bonheur (sur podium ) !

  • Les hommes du Conseil d’administration de gymnastique étaient au courant ,et ils avaient peut étre espoir de faire comme ce médecin prédateurs sexuels prendre la suite et profiter de ces jeunes filles ,méme adolescentes .

  • Hélas! dans tous les pays il y a des prédateurs sexuels, qui bénéficient très souvent d'un laxisme sans nom de très hauts responsables....EUX aussi sont responsables...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]