Monde

Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine, cible numéro un des renseignements ukrainiens

Plusieurs attentats visant à éliminer le président russe, Vladimir Poutine, auraient échoués, sans que Kiev n’en revendique aucun. Pourtant, jeudi 25 mai, Vadym Skibitsky, le directeur adjoint des renseignements militaires ukrainiens, a déclaré au journal allemand Welt que le chef d’État russe était une cible prioritaire.

Et si la guerre en Ukraine se jouait davantage dans les sphères des espions que sur le front ? Dans un entretien accordé au journal allemand Welt, jeudi 25 mai, Vadym Skibitsky, le directeur adjoint des services de renseignements militaires ukrainiens a assuré que le président de la Russie, Vladimir Poutine, était leur cible prioritaire.

L'assassinat du chef d’État russe est une "priorité absolue", a-t-il dit au journal d’outre-Rhin. "Il est en tête de notre liste", a poursuivi Vadym Skibitsky. Selon lui, cela s’explique par le fait que Vladimir Poutine "coordonne" la guerre en Ukraine et "décide de ce qui se passe".

Le patron de Wagner aussi visé

Et le maître du Kremlin n’est pas le seul personnage russe à être dans le viseur des renseignements ukrainiens. Evgueni Prigogine, le patron du groupe paramilitaire Wagner et réputé proche de Poutine, qui a revendiqué, samedi 20 mai, la prise de Bakhmout, est aussi une cible. "Nous essayons de le tuer", a assuré Skibitsky. "Notre priorité est d’éliminer le commandant qui ordonne à ses hommes d’attaquer", ajoute-t-il.

Le mercredi 3 mai, Kiev aurait tenté d’attaquer Vladimir Poutine, selon des accusations de Moscou. La présidence russe a indiqué dans un communiqué que "deux drones" visant le Kremlin avaient été "mis hors service" grâce à l’utilisation de systèmes radar. Depuis le début de la guerre, divers attentats à l’encontre de Vladimir Poutine auraient été perpétrés d’après les Russes, sans qu’aucun n’aboutisse. Kiev niant à chaque fois, pour sa part. Mais la mort de celui-ci stopperait-elle automatiquement la tentative d’invasion russe ? Un espoir pour les Ukrainiens, en pleine préparation de la contre-offensive, notamment, grâce aux armes fournies par les pays occidentaux. Sans aucune certitude.

publié le 25 mai à 16h50, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux