Grande-Bretagne : mort du bébé en état semi-végétatif au coeur d'une bataille judiciaire

Grande-Bretagne : mort du bébé en état semi-végétatif au coeur d'une bataille judiciaire
Un bus décoré en soutien aux parents d'Alfie d'Evans à Liverpool le 26 avril 2018.

Orange avec AFP, publié le samedi 28 avril 2018 à 10h59

Ce bébé de 23 mois, au coeur d'une bataille judiciaire, est décédé samedi matin, ont annoncé ses parents. Ils voulaient le faire soigner en Italie contre l'avis de la justice britannique.

L'affaire secoue l'Angleterre depuis plusieurs semaines. Alfie Evans, ce bébé britannique en état semi-végétatif, au coeur d'une bataille judiciaire, est mort samedi 28 avril a annoncé sa famille. Ses parents s'étaient opposés à l'arrêt des soins contre l'avis des médecins. 

"Notre bébé a déployé ses ailes cette nuit à 2h30. Nous avons le coeur brisé. Merci à tous pour votre soutien", ont écrit sur Facebook le père et la mère d'Alfie, décédé à 23 mois. 

La justice britannique avait rejeté plusieurs recours visant à une poursuite du traitement en Italie, où le pape François avait apporté son soutien aux parents.

Une maladie neurodégénérative rare

Le petit Alfie était hospitalisé à Liverpool dans un état semi-végétatif. Mardi, un juge britannique avait refusé que ses parents l'emmènent à Rome pour le faire soigner par d'autres spécialistes. Le juge Anthony Hayden de la Haute cour de Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, a déclaré que le dossier d'Alfie, atteint d'une maladie neurodégénérative rare, avait atteint son "chapitre final".

Tom Evans et Kate James avaient reçu le soutien du pape François et du gouvernement italien pour le faire soigner à l'hôpital romain Bambino Gesù, spécialisé dans le traitement des enfants. Rome avait même accordé la nationalité italienne à Alfie.

Une bataille judiciaire opposait depuis plusieurs mois les parents à l'équipe médicale de l'hôpital pour enfants Alder Hey à Liverpool (nord-ouest), qui avait mis fin lundi au traitement de l'enfant, placé sous assistance respiratoire artificielle. La Haute Cour de justice britannique, la Cour d'appel et la Cour suprême ont statué en faveur de l'hôpital. La Cour européenne des droits de l'Homme a également rejeté la requête des parents.

Le pape engagé dans la bataille judiciaire

Mais selon son père, Alfie a continué à respirer après que son assistance respiratoire lui a été retirée. "Étant donné qu'il est resté en vie pendant neuf heures de manière complètement inattendue, je pense qu'il aura besoin d'assistance dans les prochaines heures. Je pense qu'on devrait lui accorder cela", a-t-il déclaré.

Le juge Hayden a rejeté les déclarations du père, a refusé le transfert de l'enfant en Italie et a statué que les parents pouvaient seulement le placer dans un autre service hospitalier, dans un hospice ou le ramener à leur domicile.

Lundi soir, le pape a posté un nouveau message sur Twitter. "Emu par les prières et l'immense solidarité qui sont témoignées au petit Alfie Evans, je renouvelle mon appel à ce que les souffrances des parents soient entendues et que leur désir de chercher de nouvelles formes de traitement soit exaucé", a-t-il écrit.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.