Génocide au Rwanda : plusieurs associations portent plainte contre BNP Paribas

Génocide au Rwanda : plusieurs associations portent plainte contre BNP Paribas

BNP Paribas déclare ne pas disposer pour le moment des éléments suffisants pour répondre (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 29 juin 2017 à 07h46

Les plaignantes accusent la banque française de "complicité de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre", révèle France Inter.

Selon les associations Sherpa, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda et Ibuka, la banque française BNP Paribas aurait contribué au financement d'armes à destination du Rwanda en juin 1994, en plein génocide, malgré un embargo sur les armes voté par l'ONU, révèle la cellule enquête de Radio France, en partenariat avec le journal Le Monde.



La fameuse vente d'armes aurait eu lieu au milieu du mois de juin 1994. 80 tonnes d'armes sont alors livrées depuis les Seychelles jusqu'au Zaïre, à proximité de la frontière rwandaise.

"Ces armes ont servi à équiper des miliciens qui ont participé au génocide", explique le spécialiste du Rwanda, Jacques Morel, auteur de La France au cœur du génocide des Tutsi (éd. L'esprit frappeur, 2010).

Un mois plus tôt, pourtant, le Conseil de sécurité des Nations unies avait voté une résolution interdisant les livraisons d'armes à destination du Rwanda le 17 mai 1994.

"LA SEULE BANQUE À RÉPONDRE PAR L'AFFIRMATIVE"

Dans leur plainte, les associations rapportent que la BNP aurait "validé l'ordre de paiement de la Banque nationale du Rwanda, ce que les autres banques s'étaient toutes refusées de faire". La banque française aurait donc été "la seule banque à répondre par l'affirmative et à débloquer les fonds suffisants pour l'achat d'armes par le gouvernement rwandais".

"D'après les éléments dont nous disposons, la BNP aurait eu nécessairement connaissance que ce transfert de fonds allait contribuer à l'achat d'armes et au génocide", affirme Marie-Laure Guislain, responsable du contentieux à Sherpa. "Notre association poursuit les génocidaires, mais à travers cette plainte nous voulons également démêler les maillons d'une chaîne, qui a permis que ce génocide aille à son terme", explique le président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), Alain Gauthier, à France Info.

Ces révélations interviennent alors que la Revue XXI évoque, dans son dernier numéro, un document archivé à l'Elysée, qui relance les soupçons sur le rôle de la France dans le génocide rwandais, en affirmant que l'Elysée avait ordonné aux troupes françaises de réarmer les génocidaires hutus. Le génocide des Tutsis et des Hutus a fait près d'un million de morts au Rwanda, entre avril et juillet 1994.

 
11 commentaires - Génocide au Rwanda : plusieurs associations portent plainte contre BNP Paribas
  • avatar
    quiyatiletpourquoi  (privé) -

    ces associations n'ont de cesse qu'à plumer la France et à tenter toujours de se faire de l'argent facile.Dans tous les conflits , les les torts sont partagés que devrions nous faire contre l'Allemagne dans ce cas , que devrions nous faire contre les Fellagas , que devrions nous faire contre tous les peuples que nous avons voulu protégé ?

  • Toujours des plaintes sans savoir, uniquement pour essayer de tirer un peu d'argent ? Tout ça s'est passé il y a 23 ans ! Que diriez-vous si des familles Allemandes demandaient réparation pour l'assassinat de membres de leur familles par des résistants Français ? ? Pour nous, Français, ces résistants étaient des libérateurs mais pour les Allemands, ces résistants étaient des terroristes.

  • Le Rwanda, pays souverain a été attaqué par sa frontière nord (Ouganda) par des forces étrangères majoritairement Tutsi. Les Hutus Rwandais on défendu leur territoire. Qu'y at-il de mal ? Vous êtes vous posé la question de savoir d'où venaient les armes des Tutsi ? Ces armes étaient Américaines. Qui les a financées ? Le Rwanda était un pays francophone mais maintenant les dirigeants sont anglophones. Vous ne vous posez pas de question ? ? ? ?

    bien vu !! je partage votre réaction !

  • comme disait Coluche ;
    peut on vendre des armes à un pays en guerre , non , sauf si ce pays paie contant

  • Si ces faits sont réels, il faut que les responsables rendent des comptes, par contre si ces faits partent d’un banal financement et sont « romancés », cela voudrait dire que bientôt quand un chauffard sera à l'origine d'un accident, on devrait pouvoir (aidé par une voir plusieurs associations) attaquer la maison de crédit qui a financé le véhicule, le vendeur qui l’a vendu, la Préfecture qui a délivrée la carte grise, la station service qui a vendu le carburant, la compagnie d’assurance qui a assuré et l’inspecteur qui à délivré son permis de conduire au dangereux chauffard.
    Ceci étant, qui était Président de 1981 à 1995 ? Je vous le donne en mille ……

    Très pertinent ! Un rajout important: ne poursuivre que les parties dont la solvabilité permet d'augurer un bon retour sur investissement !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]