G7 : pour Trump, les critiques de Trudeau vont coûter «cher» au Canada

G7  : pour Trump, les critiques de Trudeau vont coûter «cher» au Canada
Dimanche déjà, le président américain avait qualifié son homologue canadien de « malhonnête et faible » après une déclaration de conclusion du G7 que Donald Trump n'avait pas apprécié.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mardi 12 juin 2018 à 17h27

Le président américain a fait savoir que les critiques de Justin Trudeau allaient coûter «cher» au Canada.

Ce n'est décidément pas passé. Alors que l'on pensait Donald Trump totalement happé par sa rencontre avec le nord-coréen Kim Jong Un, le président américain est revenu depuis Singapour sur son désaccord avec son homologue canadien, Justin Trudeau. Et le milliardaire de monter crescendo dans la critique personnelle.

Le dirigeant des Etats-Unis - qui a offert samedi un magistral coup de théâtre aux cinq autres membres du G7 en retirant à la dernière minute le sceau américain du communiqué final du sommet - est revenu sur l'ambiance des dernières réunions. Selon lui, « nous avons eu un très bon sommet (...) C'était une réunion amicale (même si) je sais que je n'ai pas l'air aimable » sur les photos. En revanche, Donald Trump a prévenu que les critiques de Justin Trudeau à l'égard de sa politique économique allaient coûter « cher » au Canada.

Trump vexé, un G7 sabordé

Dimanche déjà, le président américain avait qualifié son homologue de « malhonnête et faible ». Il avait aussi expliqué avoir peu goûté à la déclaration de conclusion du G7 faite par Justin Trudeau, tout en faisant des compliments à son « ami » Emmanuel Macron.

Mais qu'avait donc fait le Premier ministre canadien pour mériter une telle réaction et un retrait brutal du texte officiel du G7 ? Frappé, comme l'Europe et le reste du monde, de nouveaux droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium, le quadragénaire avait redit à la toute fin du sommet que ces taxes étaient « insultantes » au regard de l'histoire entre les deux pays. Il avait expliqué que « les Canadiens sont polis et raisonnables mais (qu'ils) ne se laisseraient pas bousculer ». Et comme l'Union européenne, il avait confirmé des représailles pour juillet. Mais voilà, celui que l'on compare souvent à Emmanuel Macron n'a visiblement pas la même relation privilégiée avec Donald Trump puisque ce dernier s'est offusqué outre mesure de ses propos de conclusion d'un sommet pourtant encourageant.

Parti plus tôt que les autres membres du G7 pour s'envoler vers son rendez-vous avec Kim Jong Un, Donald Trump a par ailleurs ironisé sur le timing des propos de Justin Trudeau, qu'il a tenus une fois que l'Américain était dans l'avion. « Il a cru que je ne verrai pas mais j'ai 20 écrans à bord d'Air Force One ! »

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.