Fuyant les gangs, des milliers d'Haïtiens incertains quant à leur avenir

Chargement en cours
Des familles fuyant la violence de gangs, réfugiées dans un gymnase de la ville de Carrefour, en banlieue de Port-au-Prince, le 16 juin 2021 en Haïti
Des familles fuyant la violence de gangs, réfugiées dans un gymnase de la ville de Carrefour, en banlieue de Port-au-Prince, le 16 juin 2021 en Haïti
1/3
© AFP, Robenson GEFFRARD
A lire aussi

publié le vendredi 18 juin 2021 à 13h53

Incapables de retourner dans leur quartier, en proie à une guerre de gangs, qu'ils soient réfugiés dans un gymnase où accueillis temporairement chez des particuliers, des milliers d'Haïtiens sont plongés dans l'incertitude et leur vulnérabilité les expose à des risques de trafic.

Sur les terrains de sport convertis en centre d'hébergement d'urgence, Daniella François passe ses journées à dormir sur un petit matelas en mousse, à quelques centaines de mètres du quartier de Martissant, dans l'ouest de la capitale, où elle a passé toute sa vie.

Sans la moindre affaire, cette orpheline de 18 ans, vivant seule avec sa fille de 4 ans, a subitement dû prendre la fuite, le 1er juin: "Les hommes armés avaient eu le temps d'arriver dans ma rue, je n'avais pas le choix, je devais partir", raconte la jeune fille. "Ces types-là ne jouent pas: quelle que soit la personne qui se retrouve face à eux, ils en font ce qu'ils veulent", soupire-t-elle.

Minée par l'insécurité et l'instabilité politique, Haïti, la nation la plus pauvre du continent américain, peine à sortir d'une interminable crise, illustrée par la recrudescence d'enlèvements et la violence de gangs.

Se joignant au flot de familles tentant d'échapper à cette insécurité, Daniella François a fini sa course au centre sportif de Carrefour, la commune voisine.

Les autorités municipales ont fourni une assistance à ces familles et depuis, la solidarité des riverains ne faiblit pas.

"On reçoit beaucoup d'aide de la part de la communauté, des églises, des associations, des individus qui volontairement apportent de la nourriture, des vêtements", témoigne Gutenberg Destin, coordonnateur de la protection civile pour la commune de Carrefour.

- Les gangs contrôlent la route -

Plus lente à organiser, l'aide des agences et organisations humanitaires provenant de Port-au-Prince a dû être majoritairement transportée par hélicoptère vers la ville voisine: les gangs qui contrôlent la route nationale traversant Martissant sur deux kilomètres rendent risqué tout convoi terrestre.

Au premier recensement, le 8 juin, plus de 1.100 personnes ont été enregistrées dans le centre sportif mais, autour des gradins, les arrivées de familles démunies ne se sont pas taries.

"Hier soir encore, des gens sont arrivés", a expliqué mardi Gutenberg Destin. "Jusqu'alors ils se sentaient en sécurité dans la zone dans laquelle ils vivaient à Martissant mais, au fur et à mesure, le foyer d'insécurité s'étend", s'inquiète-t-il.

Et ces centaines de déplacés internes ne représentent encore que la pointe de l'iceberg de ce large déplacement de population.

- "Sexe contre abri" -

Selon les estimations, plus de 5.100 personnes ont trouvé refuge dans des familles d'accueil et sont dispersées dans Port-au-Prince ou ont fui vers d'autres provinces, détaille un rapport de l'ONU publié lundi. 

Dans ce document, les acteurs humanitaires alertent que des personnes déplacées sont victimes "d'abus sexuels, y compris des viols dans les familles d'accueil", certains se voyant imposer une "offre de +sexe contre abri+".

Réfugiée dans le gymnase de Carrefour, Kettelene Chateau peut compter sur la solidarité de voisines pour veiller sur ses enfants quand elle part la journée avec son mari pour chercher un nouveau logement.

- Enfants traumatisés -

"Quand on s'est enfuis, mes enfants avaient vraiment peur, ils tremblaient, ils pleuraient: ils sont traumatisés", témoigne la femme de 38 ans.

En raison du bruit et de la promiscuité qui règnent dans le gymnase, elle a confié les deux plus jeunes de ses cinq enfants à une amie vivant à Carrefour.

Au centre sportif, des ONG et associations organisent quotidiennement des jeux pour que les centaines de jeunes, qui déambulent entre les matelas jetés au sol, oublient temporairement la précarité de leur quotidien.

"Mes enfants sourient à nouveau et ils arrivent maintenant à dormir", raconte avec soulagement Kettelene qui n'en reste pas moins préoccupée.

"Ma petite de six ans est très éveillée et ne cesse de me demander +Maman, quand-est-ce qu'on va rentrer à la maison? Est-ce qu'on va être obligés d'aller vivre ailleurs?+ Je suis obligée de lui dire que je ne sais pas. J'aimerais lui répondre quelque chose mais je ne sais pas", regrette-t-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.