Frappes aériennes meurtrières sur la dernière poche rebelle près de Damas

Chargement en cours
 De la fumée s'élève au-dessus de la ville de Douma, dernière ville rebelle dans la Ghouta orientale, après une frappe du régime syrien, le 7 avril 2018

De la fumée s'élève au-dessus de la ville de Douma, dernière ville rebelle dans la Ghouta orientale, après une frappe du régime syrien, le 7 avril 2018

1/3
© AFP, STRINGER

AFP, publié le samedi 07 avril 2018 à 21h43

Le régime syrien a repris samedi ses intenses raids aériens pour faire plier le dernier groupe rebelle dans son fief de Douma, tuant près de 50 civils en 24 heures dans la Ghouta orientale près de Damas.

Onze cas de suffocation ont en outre été rapportés à Douma, ultime poche rebelle aux portes de la capitale, des secouristes dénonçant un recours au "gaz de chlore toxique".

Les forces du régime de Bachar al-Assad ont déjà reconquis 95% des zones rebelles de la Ghouta, à la faveur d'un pilonnage meurtrier initié le 18 février mais aussi d'accords d'évacuation parrainés par son indéfectible allié russe.

Après une accalmie de plusieurs jours, le pouvoir a repris vendredi ses raids aériens contre la ville de Douma, tenue par Jaich al-Islam qui semble rejeter toute sortie. Le groupe rebelle compterait quelque 10.000 combattants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Samedi, neuf civils ont péri dans des frappes aériennes tandis que 40 habitants, dont huit enfants, ont été tués la veille, selon l'Observatoire.

Enveloppés d'un nuage de poussière blanche, des secouristes déblaient à mains nues des gravats, alors que des cris étouffés leurs parviennent de sous les décombres. La tête d'un homme apparaît, couverte de poussière. Il sera finalement extirpé, sain et sauf, selon une vidéo postée par les Casques blancs.

Ces secouristes ont dénoncé un recours au "gaz de chlore toxique" après 11 cas de suffocation rapportés par l'OSDH. Mais les médias étatiques, citant une source officielle ont fustigé une "farce" et des "fabrications" des rebelles.

Alors que les bombardements se poursuivaient intensément samedi soir, Mohammed, un jeune médecin à Douma a affirmé qu'ils ne s'étaient "pas interrompus" de la journée.

"On ne peut même pas compter tous les blessés. "Il y a des patients qui sont morts car on n'a pas pu les opérer à temps", confie-t-il à l'AFP.

- "Sortir de la Ghouta" -

La télévision d'Etat syrienne a montré des colonnes de fumée surplombant un paysage de dévastation à Douma, assurant que les forces du régime progressaient dans les champs aux alentours de la ville.

Plus que jamais, le régime est déterminé à reconquérir toute la Ghouta. Grâce à l'appui militaire de Moscou, il contrôle déjà plus de la moitié du pays, ravagé depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts.

Le pouvoir justifie son offensive en cours en pointant du doigt les obus et roquettes meurtriers tirés par les insurgés de la Ghouta sur sa capitale. Samedi, six civils ont été tués dans des bombardements sur Damas, selon la télévision d'Etat.

Mais le porte-parole de Jaich al-Islam, Hamza Bayraqdar, a assuré que les rebelles n'avaient visé aucun quartier de Damas, estimant que le régime "violait le cessez-le-feu décidé lors de négociations" précédentes.

Le responsable rebelle a assuré à l'AFP que "les négociations ne se sont pas interrompues" avec la partie russe, réitérant la position du groupe qui martèle vouloir rester dans la Ghouta.

"Nous sommes attachés à notre terre et aux principes révolutionnaires", a-t-il souligné dans un communiqué.

Après avoir pilonné sans relâche la Ghouta orientale, tuant plus de 1.600 civils depuis le 18 février selon l'OSDH, le pouvoir a déjà obtenu par le biais de Moscou des accords d'évacuation avec deux factions insurgées.

Plus de 46.000 combattants et civils ont ainsi été contraints de rejoindre par bus Idleb, dans le nord-ouest du pays, une des provinces échappant presque entièrement au régime.

- Echec des négociations -

S'agissant de Jaich al-Islam, l'OSDH avait indiqué dans un premier temps que le groupe rebelle devait bénéficier d'un accord différent, qui aurait permis à ses membres de se maintenir dans la ville, en devenant une force de sécurité locale. Mais le processus a déraillé.

Les raisons de l'échec des négociations demeurent troubles.

Pour l'agence Sana, elles ont achoppé sur le refus de Jaich al-Islam de libérer des personnes qu'il détient à Douma. D'autres sources font état de divisions internes au sein de la faction sur la question de l'évacuation, alors que l'aile radicale du groupe refuse toute sortie.

Des sources proches des négociations avaient indiqué à l'AFP que Moscou et le régime réclamaient désormais le départ des rebelles, faisant planer la menace d'une offensive en massant des renforts aux abords de Douma.

A l'issue d'un "accord préliminaire" annoncé par l'armée russe mais passé sous silence par Jaich al-Islam, près de 3.000 personnes, combattants et civils, ont été évacués de Douma vers le nord syrien en trois jours.

Jeudi, aucune évacuation n'a eu lieu, et dès le lendemain, l'offensive militaire a repris.

De son côté, un responsable de l'armée russe cité par les agences de presse russes a accusé l'aile radicale de Jaich al-Islam de "violer la mise en œuvre des accords, bloquer la sortie des civils, des combattants et des membres de leur famille de la ville de Douma".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.