Faux meurtre d'un journaliste russe : Moscou dénonce une «mascarade»

Faux meurtre d'un journaliste russe : Moscou dénonce une «mascarade»
Le journaliste russe Arkadi Babtchenko avait été annoncé comme mort par les autorités ukrainiennes, mardi. Il s'agissait en fait d'un coup monté pour arrêter celui qui voulait vraiment le tuer.

leparisien.fr, publié le mercredi 30 mai 2018 à 20h45

La Russie avait fermement condamné l'assassinat, annoncé par Kiev, du journaliste. Elle dénonce aujourd'hui une «mascarade».

La mise en cause officielle de la Russie dans le pseudo-meurtre d'Arkadi Babtchenko ne va sûrement pas réchauffer les relations entre l'Ukraine et son grand voisin. « Je regrette que Babtchenko ait participé à des provocations des services spéciaux ukrainiens contre le pouvoir russe », a réagi le sénateur et président de la commission des affaires étrangères Konstantin Kosachev.

Le ministère russe des Affaires étrangères s'est dit de son côté « heureux » que le journaliste soit vivant, mais a dénoncé une « mascarade » et l'utilisation par l'Ukraine de méthodes de propagande. Les deux pays sont en conflit depuis l'annexion de la Crimée en 2014. Mais l'annonce du meurtre d'Arkadi Babtchenko, qui se disait menacé et harcelé en Russie jusqu'à sa fuite du pays en février 2017, avait suscité une vive émotion en Ukraine comme en Russie.

Quelques heures avant le retournement spectaculaire de situation, le Kremlin avait « fermement condamné » le meurtre par balles de Babtchenko. L'Ukraine est devenue « un endroit très dangereux » pour les journalistes, avait ajouté le porte-parole de la présidence Dmitri Peskov, qui appelait à « une véritable enquête » de la part des autorités ukrainiennes.

«Absurdité» et «provocation»

L'Ukraine accuse les services secrets russes d'avoir voulu tuer le journaliste. Le directeur des services de sécurité russes (FSB), Alexandre Bortnikov, a qualifié ces accusations d'« absurdité » et de « provocation », ce qui n'empêche pas l'Ukraine de maintenir que les services spéciaux russes ont fomenté un plan pour assassiner le journaliste.

La mise en scène ukrainienne du meurtre de Babtchenko, si elle ne risque pas d'apaiser les tensions avec la Russie, pourrait aussi refroidir les relations de Kiev avec l'Occident. L'Union européenne (UE), par la voix de sa représentante diplomatique Federica Mogherini, avait adressé mercredi matin ses « condoléances » et réclamé une « enquête rapide et transparente ».

L'UE s'est finalement dit, plus tard, « soulagée » et a annoncé « attendre avec impatience de plus amples détails sur cette affaire ». Son dénouement heureux ne permettra pas de dissiper l'impression que la diplomatie européenne, à son plus haut niveau, aura aussi été trompée.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.