Monde

États-Unis : la condamnation à perpétuité d’une femme incarcérée depuis 43 ans annulée

La justice américaine a annulé la sentence de prison à vie d’une femme accusée du meurtre d’une bibliothécaire en 1980. Elle pourrait être libérée après avoir passé 43 ans en prison.

C’est un rebondissement de taille dans l’histoire de la justice américaine. Lundi 17 juin, une femme condamnée à la prison à vie et incarcérée depuis 43 ans dans le Missouri, a eu sa peine annulée, raconte l’Associated Press. Ce sont les avocats de Sandra Hemme, 63 ans, qui ont annoncé la nouvelle à l’agence de presse américaine.

Sandra Hemme a été condamnée à la prison à vie pour homicide volontaire. Elle avait été reconnue coupable du meurtre de Patricia Jeschke à 20 ans. La victime, âgée de 31 ans, était une bibliothécaire dans l’État du Missouri aux États-Unis. Cette semaine du 16 juin, lors d’une audience, les partisans de Sandra Hemme ont prouvé que le véritable coupable du meurtre de Patricia Jeschke était un policier de 22 ans au moment des faits.

Selon les avocats de Sandra Hemme, elle a été condamnée pour un crime qu’"elle n’a avoué que sous la pression et la menace de la peine de mort". Ses déclarations étaient "extrêmement contradictoires" et "factuellement impossibles". À l’époque des faits, elle était patiente d’un hôpital psychiatrique. Ses avocats ont ajouté que pendant son premier interrogatoire, elle était sous sédatif et enchaînée avec des poignées de cuir. Elle ne pouvait "articuler quoi que ce soit au-delà de réponses monosyllabiques", ont-ils ajouté.

Elle devrait être libérée sous 30 jours

Ryan Horsman, le juge président du comté de Livingston, a donc annulé la peine de Sandra Hemme. Il a reconnu qu'elle a été "victime d'une injustice manifeste". Sandra Hemme devra être libérée de prison sous 30 jours, à moins qu’elle ne soit jugée à nouveau par les procureurs. L’homme qui serait le véritable coupable figurait parmi les suspects à l’époque et son alibi n’avait pas pu être corroboré. Il est mort en prison en 2015. "Nous sommes reconnaissants à la Cour d’avoir reconnu la grave injustice que Mme Hemme a endurée pendant plus de quatre décennies", ont déclaré les avocats de Sandra Hemme.

publié le 18 juin à 14h32, Capucine Trollion, 6Medias

Liens commerciaux