«On ne pourra pas toujours s'en tirer, il n'y a pas de planète B»

A lire aussi

Libération, publié le jeudi 17 mai 2018 à 20h26

Le naturaliste Bruno David, président du Muséum national d'histoire naturelle, partage le constat alarmiste de ses pairs. Et craint que l'homme ne soit pas capable de réagir à temps.

Les scientifiques n'ont plus de mots assez durs pour qualifier l'état de la biodiversité : «Anéantissement biologique», «défaunation aux conséquences catastrophiques»... La situation est-elle si grave ?

J'aime bien prendre du recul. Lors des derniers 500 millions d'années, il y a eu cinq crises d'extinction majeures de la biodiversité et une cinquantaine d'autres plus petites. On peut en tirer des leçons. Premièrement, il n'y a pas deux crises identiques, elles sont toujours conjoncturelles. Deuxièmement, les crises ne tuent pas, elles ne provoquent pas une hécatombe mais sont plus

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.