Des espèces s'éteignent, d'autres prolifèrent

A lire aussi

Libération, publié le jeudi 17 mai 2018 à 20h26

Les pressions humaines sur la planète ne sont pas néfastes pour toutes les espèces. Certaines, qu'on appelle «invasives», en profitent pour gagner du terrain et n'hésitent pas à s'accaparer l'habitat et la nourriture de leurs voisins. Toutes introduites par l'homme, elles se multiplient en dehors de leur aire d'origine, se reproduisent et bouleversent leur nouvel environnement, grâce à une très forte capacité de dispersion, d'adaptation, et de prédation. D'après Céline Bellard, écologue à l'University College de Londres, «les invasions biologiques sont la deuxième cause d'extinction des espèces dans le monde». En 2017, la Commission européenne a dressé une liste de 49 espèces invasives où on trouve, entre autres, l'écureuil gris, le raton laveur, le corbeau, la

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.