Espagne: Puigdemont renonce à briguer la présidence catalane

Espagne: Puigdemont renonce à briguer la présidence catalane

L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont à Copenhagen, le 22 janvier 2018

AFP, publié le jeudi 01 mars 2018 à 23h00

Le président catalan destitué, l'indépendantiste Carles Puigdemont, a annoncé jeudi dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, qu'il renonçait à briguer la présidence de la Catalogne, afin d'y faciliter la formation d'"un gouvernement le plus rapidement possible". 

"J'ai informé le président du parlement catalan que, de manière provisoire, il ne présente pas ma candidature à l'investiture comme président", a dit M. Puigdemont dans une vidéo enregistrée en Belgique, où il s'est installé fin octobre.

"Dans les conditions actuelles, c'est la seule façon de pouvoir former un nouveau gouvernement, le plus rapidement possible", a-t-il dit, pour expliquer ce retrait.

Depuis la victoire des indépendantistes aux élections régionales du 20 décembre, il était le seul candidat à la présidence de l'exécutif régional, tout en sachant qu'il serait arrêté et vraisemblablement écroué s'il rentrait de Belgique en Espagne.

Carles Puigdemont a proposé pour le remplacer la candidature du président d'une association indépendantiste, Jordi Sanchez, bien qu'il soit emprisonné depuis quatre mois.

Sa région de 7,5 millions d'habitants est placée sous la tutelle de Madrid depuis la proclamation, restée sans effets, le 27 octobre à Barcelone d'une "République catalane".

Dans un discours pugnace au ton solennel, devant les seuls drapeaux catalan et européen, M. Puigdemont a fustigé "les abus de l'Etat espagnol, qui cherche selon lui à "criminaliser l'indépendantisme".

"La Catalogne a gagné le droit à se convertir en une république indépendante", a-t-il réaffirmé. "Cet objectif est incontournable et c'est pourquoi il faudra continuer à faire de la politique depuis l'intérieur et depuis l'extérieur" du pays, a-t-il dit.

Il a réaffirmé que "la seule solution à un conflit politique est la politique" et de nouveau souhaité une médiation internationale.

M. Puigdemont a en outre annoncé qu'une équipe d'avocats internationaux avait présenté jeudi une plainte en son nom contre l'Etat espagnol devant le comité des droits de l'homme des Nations unies, pour activement défendre ses droits. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
32 commentaires - Espagne: Puigdemont renonce à briguer la présidence catalane
  • la catalogne net pas fracturer elle et une des grande région espagnole au même titre que les autres région de ce grand pays ESPAGNE qui deviendra encore plus grand si toutes ses régions s unisse et fasse bloc et revenir de ce fait un pays a la tète de l Europe l Espagne a déjà été grande et peut le redevenir si ses régions forme un bloc le peuple espagnol et un peuple de travailleur et fier ,unissez vous et foncer .

  • ce monsieur a raison , ce ne serai pas intelligent de mener cette région qui et très belle comme toute celle d Espagne d ailleurs dans une histoire qui ne leur rapporterai rien bien au contraire , monsieur puigdemont merci pour votre décision, étant un européen convaincu je ne peu que me réjouir de cette décision pour tous les européen et les catalan bien sur

  • ridicule : sans autre commentaire

  • et bien entendu, comme d'habitude, il n'y est pour rien et tout est de la faute des autres ! et s'il avait le courage de rentrer en Espagne ? mais non, il préfère se poser en victime d'une dictature, selon lui...

  • la catalogne est riche du travail de TOUS les espagnoles
    malgré 40 ans de propagande et de mensonges les indépendantistes ne sont pas majoritaire
    puigdemont a fais fuir les entreprises et fracturé la société catalane en 2 blocs irréconciliable
    il fut élu dans un cadre démocratique pour servir sa vision de dictateur putschiste en sortant du cadre légal c'est un irresponsable parjure qui mérite la prison