Espagne : les 80 ans de la fin de la guerre civile divisent

Espagne : les 80 ans de la fin de la guerre civile divisent
Photo datée de février 1939 de soldats républicains espagnols fuyant l'Espagne et arrivant en France après la victoire du général Franco lors de la guerre civile espagnole. Picture dated February 1939 showing Republican ...

AFP, publié le lundi 01 avril 2019 à 15h35

Le 1er avril 1939, la guerre civile s'achevait en Espagne. 80 ans plus tard, l'anniversaire de la fin de ce conflit sanglant remporté par le général Franco révélait lundi les dissensions qui perdurent dans le pays.

L'ARMH (Association pour la récupération de la mémoire historique), l'une des principales associations de défense de la mémoire des victimes républicaines de la guerre civile, a "regretté" lundi dans un communiqué "que l'Etat n'organise aucune cérémonie du souvenir en un jour comme celui-ci".

Selon elle, le 1er avril 1939, "l'Espagne est devenue un camp de concentration, un poteau d'exécution sur lequel, après cette date, 55.000 personnes ont été assassinées, dans une société dans laquelle des milliers de veuves n'ont pu pleurer leurs morts (...) ni les sortir des fosses communes pour leur donner une sépulture digne".

Si aucune cérémonie officielle n'a été organisée lundi par le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, ce dernier s'était en revanche rendu en France en février pour rendre hommage aux 450.000 Espagnols qui s'y sont exilés en raison de la guerre civile et de la dictature de Franco.

"Aujourd'hui 1er avril, c'est le 80e anniversaire de la fin de la guerre civile. (...) En Espagne, tout manque pour reconnaître ceux et celles qui ont lutté pour la démocratie", a dénoncé pour sa part Ione Belarra, l'une des responsables du parti de gauche radicale Podemos.

Dans l'autre "camp", Luis Alfonso de Borbon, arrière petit-fils de Franco, célébrait lui les 80 ans de la "victoire" des franquistes dans un message sur son compte Twitter.

"Aujourd'hui, 1er avril, c'est le 80e anniversaire de la victoire du camp national sur l'armée rouge, mettant fin à trois ans de guerre civile", a écrit l'héritier d'un trône français inexistant qui a récemment pris la tête d'une bataille médiatique pour défendre l'héritage de son aïeul.

Cet anniversaire intervient à moins d'un mois des élections législatives.

Le nouveau parti d'extrême droite Vox a désigné comme candidats deux généraux à la retraite qui ont signé en juillet dernier un manifeste défendant "la figure militaire du Général Franco" qu'ils disaient "vilipendée à un point inconcevable".

Dès son arrivée au pouvoir début juin, Pedro Sanchez avait fait de l'exhumation de Franco de son monumental mausolée du Valle de los Caidos l'une de ses priorités. Le gouvernement a fixé la date de cette exhumation au 10 juin. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.