En Malaisie, la grande cuisine électorale

En Malaisie, la grande cuisine électorale

L'ex-dictateur, candidat aux élections en Malaisie, Mahathir Mohamad, 92 ans, durant une conférence de presse, le 5 avril.

Libération, publié le samedi 07 avril 2018 à 16h12

Carte électorale découpée en morceaux, bataillons d'électeurs fantômes, loi contre la liberté d'expression, date des élections gardée secrète, adversaire politique en prison pour «sodomie», partis d'opposition déclarés illégaux... Le Premier ministre malaisien, Najib Razak, a porté la manipulation des règles démocratiques à un niveau inédit avant de dissoudre du Parlement, ce samedi, ce qui ouvre la voie à la tenue des élections. Mais ces vieilles recettes ne suffiront peut-être pas à empêcher la chute de son parti, qui se maintient au pouvoir sans interruption depuis l'indépendance de cette monarchie parlementaire de 32 millions d'habitants.

Une carte électorale en menus morceaux

Préparé depuis des mois, le redécoupage de la carte électorale a été voté…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.