En Israël, vers le troisième épisode électoral en un an

Chargement en cours
Une photo du Premier ministre Benjamin Netanyahu sur une bannière électorale du Likoud, dans une imprimerie de Petah Tikya, le 20 février 2020 en Israël
Une photo du Premier ministre Benjamin Netanyahu sur une bannière électorale du Likoud, dans une imprimerie de Petah Tikya, le 20 février 2020 en Israël
1/3
© AFP, JACK GUEZ

, publié le dimanche 23 février 2020 à 12h38

Elections israéliennes, prise 3! Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, inculpé pour corruption, et son rival Benny Gantz entament la dernière semaine d'une campagne électorale aux airs de déjà-vu en tentant de mobiliser des électeurs fatigués.

Après des scrutins en avril et septembre 2019 où le Likoud de M. Netanyahu et le parti centriste "Bleu-blanc" de M. Gantz sont arrivés au coude-à-coude, les Israéliens sont appelés le 2 mars à mettre fin à la plus longue crise politique de l'histoire du pays.

Mais du premier scrutin à aujourd'hui, bien des choses ont changé.

N. Netanyahu est ainsi devenu le seul Premier ministre de l'histoire d'Israël inculpé alors qu'il est en fonction: son procès pour corruption s'ouvre à la mi-mars. Et fin janvier, il s'est rendu à Washington pour l'annonce d'un projet de paix pour le Proche-Orient qu'il juge "historique", puis a ramené de Moscou une Israélienne qui y était emprisonnée.


Et pourtant, rien ne bouge.

Les derniers sondages placent les listes de MM. Netanyahu et Gantz à une quasi égalité, et nul camp ne semble en mesure de rallier une majorité de sièges à la Knesset, le Parlement israélien.

M. Netanyahu "réussit toutefois, d'une certaine manière. Il n'attire pas plus d'électeurs, mais il n'en perd pas non plus", en dépit de son inculpation, souligne Gideon Rahat, professeur de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem.

Plus pérenne des chefs de gouvernement de l'histoire d'Israël, avec 14 ans au pouvoir, M. Netanyahu a été inculpé en novembre pour corruption, malversation et abus de confiance dans trois affaires par le procureur Avichaï Mandelblit.

Un dossier, baptisé affaire "4.000" ou encore "Bezeq", du nom d'une société israélienne de télécoms, est particulièrement sensible.

La justice soupçonne le Premier ministre d'avoir accordé des faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des millions de dollars au patron de Bezeq en échange d'une couverture médiatique favorable d'un des médias de ce groupe, le site Walla.

M. Netanyahu a dénoncé un "coup d'Etat" ourdi contre lui par la justice et mobilisé ses électeurs contre cette accusation qu'il juge biaisée.

- Participation -

Ces dernières semaines, il a concentré ses attaques contre les partis arabes d'Israël, et des affiches avec le slogan "sans Ahmed Tibi", un ténor de la "Liste unie" des partis arabes, ont fait leur apparition sur les artères du pays.

Lors des dernières élections, les partis arabes avaient causé la surprise en terminant en troisième place et soutenu, sans succès, Benny Gantz, pour le poste de Premier ministre.

Pour M. Netanyahu, le message est clair: "Si le Likoud ne gagne pas, il y aura soit une 4e élection, soit un gouvernement de gauche dirigé par Gantz et dépendant d'Ahmed Tibi et de la +Liste unie+", a-t-il déclaré dans un entretien au journal Jerusalem Post.

En raison de son inculpation, M. Netanyahu ne pourra pas être simple ministre dans une éventuelle coalition, selon les lois israéliennes. Il peut cependant rester Premier ministre.

D'où la nécessité pour lui de remporter la mise pour faire partie du prochain gouvernement. Mais comme les intentions de vote ne bougent pas, le mot d'ordre reste simple: "Allez voter!".

"Ailleurs dans le monde, lorsque vous avez trois élections sur une courte période de temps, vous observez une diminution (de la participation). Mais en Israël on ne sait jamais. Lors de la deuxième élection, on s'attendait à un taux en baisse, mais il a été en hausse", souligne M. Rahat.

Il s'agissait d'une hausse légère, de 1,4 point pour une participation d'environ 70%, mais elle reste notable pour cette élection qui s'annonce serrée, selon les dernières projections.

Alors que la dernière ligne droite s'amorce, Benny Gantz s'est retrouvé malgré lui sous les feux de la rampe.

Un procureur a lancé cette semaine une enquête criminelle sur l'octroi de fonds publics, sans appel d'offre, d'une valeur d'environ un million d'euros à la société de cybersécurité Fifth Dimension, anciennement présidée par M. Gantz. 

Le procureur général Avichaï Mandelblit a rapidement dissipé des soupçons en soutenant que M. Gantz n'était pas inquiété dans cette affaire.

Mais cela n'a pas empêché Benjamin Netanyahu de saisir la balle au bond en demandant à Benny Gantz, dans une vidéo, si "obtenir frauduleusement" un contrat n'était "pas de la corruption de premier ordre."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.