En Inde, des vieux bus convertis en toilettes pour femmes

Chargement en cours
Un vieux bus converti en toilettes pour femmes, le 9 février 2020 à Pune, en Inde
Un vieux bus converti en toilettes pour femmes, le 9 février 2020 à Pune, en Inde
1/4
© AFP, Indranil MUKHERJEE

, publié le vendredi 21 février 2020 à 08h44

Comme bien des femmes indiennes, l'étudiante Suvarna Dongare redoute les longs trajets à faire pour aller au petit coin, les toilettes publiques propres restant un besoin pressant dans le pays d'Asie du Sud.

Elle a donc été agréablement surprise de découvrir, dans un parc de Pune, l'un de ces vieux bus repeints en rose et reconvertis en toilettes mobiles pour femmes par un duo d'entrepreneurs, qui les garent en divers lieux de cette ville de l'ouest de l'Inde.

"Je suis allée au parc et j'avais urgemment besoin d'aller aux toilettes. Ces toilettes sont très confortables et donnent un sentiment de sécurité", décrit à l'AFP la jeune femme de 18 ans.

Pour la modeste somme de cinq roupies (6,4 centimes d'euro), n'importe quelle femme peut monter à bord pour utiliser les toilettes, allaiter des bébés ou encore acheter des couches ou serviettes hygiéniques.

Lancé en 2016 par les entrepreneurs Ulka Sadalkar et Rajeev Kher, le projet "Ti Toilet" - "Ses toilettes à elle" en marathi - compte 12 toilettes sur roues, chaque bus étant utilisé en moyenne par plus de 200 femmes par jour.

Le dispositif est alimenté par l'énergie solaire, grâce à des panneaux photovoltaïques fixés sur le toit.

"Nous estimons que les femmes méritent d'avoir accès à des toilettes propres et sûres et que c'est un droit fondamental pour elles", explique à l'AFP Ulka Sadalkar, co-initiatrice du projet. Les deux entrepreneurs programment d'ouvrir 1.000 toilettes mobiles de ce type à travers l'Inde au cours des cinq prochaines années.

"Nous avons prêté beaucoup d'attention à l'esthétique en reconvertissant ces bus et offrons des toilettes propres, avec des écrans de télévision, et des moniteurs de température ainsi qu'un assistant à portée de main", décrit-elle.

Manisha Adhav, 40 ans, qui gère l'une de ces "pipimobiles", se sent "fière de travailler ici car nous faisons quelque chose pour les femmes".

"Les femmes me bénissent", raconte-t-elle à l'AFP, "certains viennent ici de loin car il n'y a pas assez de toilettes publiques aux alentours".

Sous l'impulsion du Premier ministre Narendra Modi, le pays de 1,3 milliard d'habitants a construit ces dernières années des millions de toilettes publiques dans le cadre du programme "Inde Propre". Mais le manque d'entretien, le défaut d'eau ou d'électricité font que nombre d'entre elles restent inutilisées, selon les experts.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.