En Arménie, «l'usage de la force n'est plus possible, il y a trop de monde»

Libération, publié le jeudi 26 avril 2018 à 21h26

Une capitale barricadée, des klaxons qui résonnent en permanence, des voitures qui déboulent dans les avenues à toute vitesse, et la police qui observe, voire approuve, les actions des manifestants par un sourire ou un petit geste de la main. Depuis lundi et la démission forcée du Premier ministre Serge Sarkissian, mis sous pression par la rue, Erevan et plusieurs grandes villes du pays vivent dans une sorte d'état de grâce. «Cette démission a surpris tout le monde, nous pensions que Sarkissian allait agir comme en 2008, quand il avait envoyé l'armée pour tirer sur la foule. Dix personnes avaient alors été tuées. La semaine dernière, il avait même rétorqué au chef de la contestation, l'ancien journaliste et député Nikol Pachinian, qui réclamait sa démission : "

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.