Elections en Italie: les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille

Chargement en cours
 Des partisans du Mouvement 5 Etoiles (M5S) se rassemblent à l'issue d'un dernier meeting de campagne à Rome, le 2 mars 2018

Des partisans du Mouvement 5 Etoiles (M5S) se rassemblent à l'issue d'un dernier meeting de campagne à Rome, le 2 mars 2018

1/3
© AFP, Filippo MONTEFORTE

AFP, publié le samedi 03 mars 2018 à 00h57

Grands meetings pour les plus jeunes à Rome, Florence ou Milan, marathon d'interviews télévisées depuis sa villa pour Silvio Berlusconi: les candidats ont jeté leurs dernières forces dans la bataille vendredi avant les élections législatives de dimanche en Italie.

Sur les places et dans les théâtres de la péninsule mais aussi sur les plateaux de télévision, les principaux leaders ont lancé leurs ultimes appels aux électeurs après une campagne marquée par des déclarations virulentes et dominée par les questions liées aux migrants ou à l'insécurité.

A partir de vendredi minuit en revanche, la loi impose le silence à tous les candidats. Fin politique, M. Berlusconi a quand même prévu une innocente promenade à Naples samedi, alors que le Sud reste le plus incertain.

Après leur première, et dernière, réunion publique commune de la campagne jeudi à Rome, les leaders de l'hétéroclite coalition de droite et d'extrême droite, en tête avec environ 37% des intentions de vote selon les derniers sondages disponibles il y a deux semaines, se sont exprimés chacun de leur côté.

Silvio Berlusconi, le chef de Forza Italia (droite), a ainsi dénoncé sur l'une de ses chaînes de télévision le Mouvement 5 Etoiles (M5S, anti-système) comme "une secte folle" et annoncé "la réorganisation complète de l'Etat italien".

Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite) a lui aussi lancé depuis Milan une pique contre le M5S, "surévalué" dans les sondages à son avis, et a promis de meilleurs conditions de travail pour les forces de l'ordre.

- 'Un jour historique' -

Le programme commun de la coalition prévoit des baisses d'impôts massives et une fermeté extrême contre les migrants, mais les leaders politiques cachent mal leurs rivalités internes et leurs dissensions, essentiellement sur la question européenne.

Jeudi soir, M. Berlusconi a annoncé que l'actuel président du Parlement européen, Antonio Tajani, l'un de ses fidèles de la première heure, serait le chef du gouvernement en cas de victoire de la coalition. Même si M. Salvini revendique ce poste, assurant que la Ligue passera devant FI.

Mais leur coalition n'est pas du tout assurée d'obtenir la majorité absolue au Parlement.

Tout comme le M5S, qui devrait devenir le premier parti d'Italie mais hors de toute coalition. Le mouvement fondé en 2009 par le comique Beppe Grillo, qui avait créé la surprise en raflant un quart des voix en 2013, a conclu sa campagne par un grand rassemblement vendredi soir à Rome. 

"Le centre gauche est hors combat. Ce soir c'est la fin de la période d'opposition et c'est le début de la période gouvernementale" du M5S, a assuré Luigi Di Maio, le jeune candidat du Mouvement au poste de chef du gouvernement, devant des milliers de sympathisants, même si la foule était moins nombreuse que prévue.

"Nous sommes arrivés à anéantir tous les partis. Le seul parti qui existe aujourd'hui en Italie, c'est le nôtre", a de son côté lancé M. Grillo. "Nos adversaires sont l'idiotie, la déloyauté, la malhonnêteté!".

"Je ne votais plus depuis longtemps et puis j'ai commencé à suivre le mouvement à ses débuts. Ils m'ont donné un motif, un espoir pour aller voter à nouveau et croire en ce pays", a déclaré à l'AFP Marco Becchi, un Romain de 30 ans.

- Renzi à Florence -

Luigi Di Maio a justement présenté jeudi une équipe de 17 ministres, le plus souvent des experts issus de la société civile, qui serait amenée à gouverner si le M5S sortait victorieux des urnes dimanche.

Donnée en troisième position avec environ 27% des intentions de vote, la coalition de centre gauche menée par le Parti démocrate (PD, au pouvoir) a choisi d'organiser des rassemblements électoraux dans toute l'Italie.

Le chef de file du PD, Matteo Renzi, a donné rendez-vous à ses militants dans une grande salle au bord de l'Arno, le fleuve qui traverse Florence, ville dont il a été le maire de 2009 à 2014.

"Je le dis aux électeurs de la gauche radicale et aussi aux modérés: seul le vote en faveur du PD garantit de ne pas laisser ce pays aux mains de Matteo Salvini", a-t-il averti, brandissant la menace d'une alliance post-électorale des "extrémistes" entre Ligue et M5S, devant un public acquis au PD mais pas toujours à son chef.

"Le PD est la seule force politique sérieuse qui peut apporter des résultats concrets", assure ainsi Chiara Serdone, 70 ans, retraitée des chemins de fer italiens, interrogée par l'AFP.

Mais, Matteo Renzi "n'aurait pas du laisser partir la gauche" du PD, qui a formé un mouvement dissident plus à gauche, Liberi e uguali (libres et égaux), crédité d'environ 6% des voix, a jugé de son côté Francesca Rossi, 32 ans.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Elections en Italie: les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille
  • Quelle pagaille...! Mais l'Italie.... c'est ça....!!

  • Les Italiens auront leur chef de gouvernement qu'ils méritent...