Elections allemandes: le candidat du parti de Merkel passe à l'offensive

Chargement en cours
Le prétendant à la succession d'Angela Merkel dans le camp conservateur, Armin Laschet, lors d'un débat télévisé le 29 août 2021
Le prétendant à la succession d'Angela Merkel dans le camp conservateur, Armin Laschet, lors d'un débat télévisé le 29 août 2021
1/4
© AFP, Michael Kappeler, POOL

publié le dimanche 29 août 2021 à 23h16

Le prétendant à la succession d'Angela Merkel dans le camp conservateur, Armin Laschet, est passé à l'offensive dimanche soir lors d'un débat télévisé, pour tenter d'inverser les sondages qui le donnent battu lors des législatives allemandes de fin septembre.

Ce qui semblait impensable il y a encore quelques semaines est en effet désormais une possibilité: le parti de droite de la chancelière, CDU, et son allié bavarois CSU, risquent de devoir retourner dans l'opposition pour la première fois depuis 2002.

Un sondage publié dimanche par le quotidien Bild donne ce mouvement à seulement 21%, contre 34% en début d'année, devancé par le parti social-démocrate d'Olaf Scholz (24%) et devant les Verts d'Annalena Baerbock (17%).

- panique -

Le journal parle "d'un état de panique" dans le camp conservateur, qui domine la vie politique allemande depuis 1949.

Peu populaire, Armin Laschet a reconnu sans fard ses difficultés lors du premier grand débat télévisé de la campagne. 

"J'ai toujours eu à faire face à des vents contraires, aujourd'hui aussi", a-t-il admis. Tout en assurant avoir toujours réussi à rebondir, grâce à sa "fermeté" et sa "fiabilité".

Réputé d'ordinaire pour sa modération et sa jovialité, le dirigeant de la région allemande la plus peuplée - la Rhénanie du Nord-Westphalie - n'a eu d'autre choix que de se faire violence en passant à l'offensive lors de cette joute retransmise sur la chaîne privée RTL.

Il n'a ainsi pas hésité à vilipender la politique en Afghanistan de l'actuel gouvernement de coalition- pourtant dirigé par son propre parti - et dont Olaf Scholz est ministre des Finances.

Le retrait précipité des forces de l'Otan du pays constitue "un désastre pour l'Occident, et également pour le gouvernement fédéral" allemand, a-t-il tancé, en tentant d'apparaître comme l'homme du changement.

- gouvernement de gauche? -

Armin Laschet a surtout agité le spectre d'un gouvernement purement de gauche en Allemagne après les législatives du 26 septembre, à l'issue desquelles Angela Merkel prendra sa retraite après 16 ans de pouvoir.

Les enquêtes d'opinion n'excluent pas en effet la possibilité d'une coalition inédite associant sociaux-démocrates du SPD, écologistes et gauche radicale Die Linke.

"Je ne comprends pas pourquoi il vous est si difficile d'exclure de vous allier dans un gouvernement avec Die Linke!", a lancé M. Laschet à Olaf Scholz, qui est resté vague sur le sujet.

Cela suffira-t-il à inverser la situation pour le parti d'Angela Merkel?

Pas sûr. Selon un premier sondage de l'institut Forsa diffusé par RTL dans la soirée, Olaf Scholz est ressorti vainqueur du débat, se montrant le plus convaincant pour 36% des personnes interrogées, devant la candidate Verte à 30% et seulement 25% pour Armin Laschet.

Or, ce dernier avait besoin de l'emporter dimanche soir pour espérer repartir de l'avant. Le candidat du SPD est aussi jugé le plus sympathique pour 38%, contre seulement 22% pour Armin Laschet.

La peur de la défaite est telle à droite, que la stratégie électorale pour la dernière ligne droite de la campagne est en passe d'être modifiée.

Faute d'avoir réussi à s'imposer, le candidat Armin Laschet doit être mis en retrait, au profit d'autres personnalités du mouvement.

Armin Laschet l'a lui-même reconnu lors du débat en indiquant qu'il n'était que le représentant "de l'équipe CDU".

Sans susciter d'enthousiasme, Olaf Scholz a pour lui d'inspirer la confiance dans l'opinion en raison de son expérience gouvernementale, qui manque à ses deux rivaux. 

"Olaf Scholz s'est merkelisé", constate Der Spiegel. Ce social-démocrate tendance centriste tente d'apparaître comme le seul véritable héritier de la chancelière, allant même jusqu'à reprendre son tic favori: mettre les mains devant lui en losange.

Il a en outre jusqu'ici fait un sans-faute lors de la campagne, alors que les candidats de la droite et des Verts ont multiplié les bévues.

Quelle que soit l'issue du scrutin, le prochain gouvernement pourrait s'avérer très compliqué à former, avec une multitude de coalitions possibles et - pour la première fois depuis les années 1950 - un gouvernement à trois partis.

Cela pourrait constituer un facteur d'instabilité dans la vie politique du pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.