Drame des migrants: le pape rejette "tout type d'instrumentalisation"

Chargement en cours
Le pape François lors de son Angélus dominical, place Saint-Pierre, le 28 novembre 2021 au Vatican
Le pape François lors de son Angélus dominical, place Saint-Pierre, le 28 novembre 2021 au Vatican
1/2
© AFP, Filippo MONTEFORTE

publié le dimanche 28 novembre 2021 à 15h10

Le pape François a exprimé dimanche sa "douleur" pour les migrants morts mercredi dans la Manche, pour ceux bloqués à la frontière bélarusse et pour ceux qui meurent en Méditerranée, tout en rejetant "tout type d'instrumentalisation".

"Je ressens de la douleur (...) pour ceux qui sont morts dans la Manche, pour ceux qui sont à la frontière du Bélarus, dont de nombreux enfants, pour ceux qui se noient dans la Méditerranée", a déclaré le pape lors de son angélus dominical en public place Saint-Pierre. 

Le naufrage qui a coûté la vie à au moins 27 personnes est le pire drame migratoire dans la Manche, désormais sillonnée quotidiennement à bord de fragiles embarcations par des migrants tentant de rallier les côtes anglaises.

"Pensons à combien de migrants sont exposés ces jours-ci à de très graves dangers et à combien perdent la vie le long de nos frontières", a-t-il exhorté. "Je renouvelle mon appel à ceux qui peuvent contribuer à la résolution de ces problèmes, en particulier aux autorités civiles et militaires, afin que la compréhension et le dialogue prévalent finalement sur tout type d'instrumentalisation". 

Ces déclarations du pape interviennent le jour même de la tenue de discussions entre l'Allemagne, les Pays-Bas, la France et la Belgique sur la question migratoire, organisées à Calais (nord de la France). Londres a été exclu de cette réunion après une brouille diplomatique avec Paris.  

Le pape a aussi rappelé le drame des migrants qui tentent de traverser la Méditerranée pour venir en Europe. "Ceux qui sont rapatriés en Afrique du Nord sont capturés par des trafiquants. Ils les transforment en esclaves, ils vendent les femmes, ils torturent les hommes", a-t-il dénoncé.

"Aux migrants qui se trouvent dans ces situations de crise, j'assure mes prières ainsi que mon cœur, sachez que je suis à vos côtés", a-t-il affirmé.

Dans un message vidéo publié samedi avant sa visite la semaine prochaine à Chypre et en Grèce, le pape François avait déjà déploré que la Méditerranée soit devenue "un grand cimetière".

Le pape doit s'envoler jeudi pour ce voyage de cinq jours, au cours duquel il devrait à nouveau promouvoir la cause des migrants, avec comme point d'orgue un retour sur l'île de Lesbos, située à moins de 15 km des côtes turques et où il avait marqué les esprits en avril 2016 en déclarant: "Nous sommes tous des migrants!".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.