Donald Trump s'en prend à la France et à Emmanuel Macron dans une série de tweets rageurs

Donald Trump s'en prend à la France et à Emmanuel Macron dans une série de tweets rageurs
Photomontage de Donald Trump et Emmanuel Macron.

, publié le mardi 13 novembre 2018 à 16h41

Donald Trump n'a pas digéré les propos d'Emmanuel Macron sur la création d'une armée européenne.

Leur amitié semble bel et bien consommée. Le président américain Donald Trump a violemment critiqué son homologue français dans une série de messages publiés sur son compte Twitter, mardi 13 novembre.

Il reproche notamment à Emmanuel Macron ses propos sur la création d'une armée européenne. Il y a quelques jours, il avait déjà jugé très "insultants" les propos du chef de l'État sur la création d'une telle force militaire. L'Élysée a relativisé la portée de la série de tweets , estimant qu'ils étaient "faits pour les Américains".


"Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les États-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne dans la Première et la Seconde Guerre mondiale", a-t-il écrit sur Twitter, deux jours après son retour de Paris où il a participé aux commémorations, avec de nombreux chefs d'Etat, du centenaire de l'armistice de la Grande Guerre. "Comment ça a marché pour la France ? Ils commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent", a-t-il ironisé, faisant référence, semble-t-il, à l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. "Paie pour l'Otan ou non", a-t-il poursuivi.

Dans un autre message, il a raillé la faible cote de popularité du président français. "Le problème est qu'Emmanuel Macron souffre d'une très faible cote de popularité en France, 26%, et un taux de chômage à près de 10%, a écrit le locataire de la Maison Blanche. Il essayait juste de changer de sujet. Au fait, il n'y a pas de pays plus nationaliste que la France

"MAKE FRANCE GREAT AGAIN", a-t-il rédigé, dans un dernier tweet, M. Trump, en écho à son slogan de campagne, "Rendre à l'Amérique sa grandeur".

La colère du 45e président américain n'est pas retombée après les propos d'Emmanuel Macron sur la nécessité d'"une vrai armée européenne" pour se défendre. Le président français justifiait ainsi une telle idée pour "protéger" l'Europe "à l'égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d'Amérique", en évoquant la décision américaine de se retirer d'un traité de désarmement nucléaire datant des années 80.

La présidence française s'est refusé "à tout commentaire" officiel à la suite des cinq messages tweetés par le président américain deux jours après sa venue à Paris pour le centenaire de l'armistice de 1918. Un conseiller de la présidence a cependant estimé que ces tweets étaient "faits pour les Américains, sinon ils ne seraient pas écrits en anglais". "Nous n'avons pas à commenter les contenus qui sont dédiés à ses concitoyens", selon lui. "Donald Trump est arrivé parmi les premiers à Paris, et a réservé son premier entretien au président Macron. Ces signaux ont une valeur bien plus grande que des tweets dont on sait comment et pourquoi ils sont faits", a-t-il ajouté au cours d'un déjeuner organisé par l'Association de la Presse présidentielle.

Pour lui, "la relation entre Emmanuel Macron et Donald Trump n'est pas toujours facile mais elle est continue (...) Au-delà des tweets, ce qui importe c'est qu'ils se parlent plusieurs fois par semaine, et qu'ils évoquent les sujets qui perturbent la marche du monde".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.