Des voyageurs en quête d'aventure tués dans l'attaque du Tadjikistan

Chargement en cours
Photographiée tirée d'une vidéo de l'AFPTV montrant le ministre tadjik de l'Intérieur Ramazon Rakhimzoda à Douchanbé, le 30 juillet 2018
Photographiée tirée d'une vidéo de l'AFPTV montrant le ministre tadjik de l'Intérieur Ramazon Rakhimzoda à Douchanbé, le 30 juillet 2018
1/2
© AFP, Shodmon Kholov, AFPTV

AFP, publié le mardi 31 juillet 2018 à 23h36

Dans leurs blogs de voyage, ils racontaient réaliser un "rêve" en pédalant sur les cols de la célèbre route du Pamir. Quatre cyclotouristes venus des Etats-Unis, de Suisse et des Pays-Bas ont été assassinés dimanche au Tadjikistan lors d'une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.

Selon les autorités de ce pays d'Asie centrale, les quatre victimes sont les Américains Jay Austin et Lauren Anne Geoghegan, le Néerlandais René Wokke et le Suisse Markus Hummel.

Dans un communiqué publié à Washington, les parents de Lauren Geoghegan, 29 ans, précédemment identifiée sous le nom de Lauren Munoz, ont précisé que l'expédition de la jeune femme et son conjoint, Jay Austin, devait durer un an.

Cette aventure "était typique de son enthousiasme à saisir toutes les opportunités de la vie, son désir de rencontres et de découvertes et son envie de mieux comprendre le monde", ont-ils ajouté, 

"Nous avons décidé de quitter nos emplois et de faire du vélo à travers le globe", peut-on lire sur le blog que tenaient les deux cyclotouristes américains, dont les derniers articles publiés s'arrêtent à leur traversée des régions montagneuses du Tadjikistan.

"Le Tadjikistan est un endroit difficile pour pédaler. Il fait froid, il y a du vent et des montagnes et, surtout, tout est très, très haut en altitude", raconte Austin dans un texte datant de la semaine dernière. 

Le couple vient alors de passer un col de montagne à 4.655 mètres d'altitude avec "peu d'air" et "de la neige par intermittence".

"Je suis vraiment heureux d'y être arrivé. Je ne le referai plus", écrit-il.

Dimanche, le groupe de sept touristes occidentaux a été fauché par une voiture et attaqué par des hommes armés. Quatre d'entre eux sont morts et deux autres ont été blessé, tandis que le dernier, un Français, s'en est sorti indemne.

- Pays laïc -

Cette rare attaque dans ce pays laïc à majorité musulmane a été revendiqué par l'organisation jihadiste État islamique, tandis que les autorités tadjikes ont pointé du doigt l'Iran et un parti d'opposition islamique local, interdit en 2015.

Quatre suspects ont été arrêtés et quatre autres abattus par la police.

Les touristes se déplaçaient sur la route du Pamir qui relie le Kirghizstan voisin au Nord à la frontière afghane au Sud du Tadjikistan, un itinéraire apprécié des cyclistes pour sa difficulté et ses paysages désertiques.

Les messages de condoléances d'amis et d'inconnus se sont multipliés depuis l'attaque de dimanche sur le compte Instagram du couple américain, qui avait déjà traversé l'Afrique et l'Europe avant de s'envoler pour le Kazakhstan en mai.

Austin a figuré dans un article du journal américain Washington Post en 2015 en tant que partisan du "mouvement des micromaisons", qui prône la simplicité dans l'habitat et la vie quotidienne.

La victime néerlandaise, René Wokke, un psychologue de 56 ans, se déplaçait au Tadjikistan avec sa compagne Kim Postma, 58 ans, qui a survécu à l'attaque et a pu sortir de l'hôpital, selon le ministère néerlandais des Affaires étrangères.

- "Rêve devenu réalité" -

Le site internet d'information néerlandais NRC a indiqué que le couple est originaire d'Amsterdam et faisait le trajet entre Bangkok en Thaïlande et Téhéran en Iran, ayant choisi de traverser le Tadjikistan plutôt que l'instable Afghanistan.

René Wokke était un voyageur expérimenté et a exploré plus de 130 pays, selon son frère, Erik.

Sur leur blog, René et Kim ont décrit leur traversée de la route du Pamir comme "le défi ultime" de leur voyage.

Le Suisse Markus Hummel tenait aussi un récit sur son blog.

Dans un article intitulé "Un rêve devenu réalité", il explique qu'il voyageait le long de la Route de la Soie depuis la Chine jusqu'au Kirghizstan.

"Puisque nous sommes déjà sur la route, on ne veut surtout pas manquer la route du Pamir au Tadjikistan", écrit-il.

Le dernier texte remonte au 25 juillet, lorsque le groupe de sept touristes se trouvait dans la ville de Khorog au Tadjikistan : "Nous apprécions le silence, les paysages de rêve et de pouvoir regarder la rivière Pamir et le côté afghan de la vallée toute la journée".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU