Des Argentines pro-avortement interpellent les parlementaires

Des Argentines pro-avortement interpellent les parlementaires

Des militantes pro-avortement manifestent devant le parlement à Buenos Aires, le 19 février 2018

AFP, publié le mardi 20 février 2018 à 08h41

Des milliers d'Argentines ont manifesté lundi devant le congrès pour exiger la légalisation de l'avortement, alertant sur les risques pour les femmes qui optent pour une IVG pratiquée dans la clandestinité.

"Les parlementaires doivent modifier la législation de manière urgente. Il y a 500.000 avortements clandestins par an et plus de 60.000 entraînent des complications", a dénoncé Martha Rosenberg, une cheffe de file du mouvement pro-avortement argentin.

"Le projet de loi sur l'avortement est retardé au parlement depuis 12 ans, dit-elle. Combien de femmes doivent encore mourir ou souffrir des séquelles d'IVG clandestines?"

Durant la présidence de Cristina Kirchner (2007-2015), l'Argentine s'est placée à l'avant-garde pour le mariage homosexuel, le droit des travestis et transsexuels, mais l'ex-présidente s'est toujours opposée à la légalisation de l'avortement, sous la pression de l'Eglise.

En Argentine, l'IVG n'est légale qu'en cas de viol ou de risque pour la vie de la mère.

Les avortement illégaux se déroulent généralement dans des conditions sanitaires déplorables, ou, pour les plus riches, en toute discrétion dans des hôpitaux privés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Des Argentines pro-avortement interpellent les parlementaires
  • Très difficile de statuer (surtout pour un homme!) :A partir de quel moment l'être doit il considéré comme humain donc protégé? il est autorisé un certain moment de le faire disparaitre dans le ventre de sa mère mais dès qu'il est né cette mère est une criminelle qui risque 20 ans de prison si elle le laisse mourir sans même le tuer.....

    Dès qu’il y a vie , il y a meurtre si on la supprime .