Début de l'enquête internationale sur l'attaque chimique présumée en Syrie

Chargement en cours
Photo obtenue auprès de l'agence officielle syrienne SANA le 15 avril 2018 montrant des membres des forces du régime dans Douma après le départ des derniers combattants rebelles de la ville
Photo obtenue auprès de l'agence officielle syrienne SANA le 15 avril 2018 montrant des membres des forces du régime dans Douma après le départ des derniers combattants rebelles de la ville
1/5
© AFP, HO, SANA

AFP, publié le dimanche 15 avril 2018 à 21h55

Des experts internationaux ont débuté dimanche en Syrie leur enquête sur l'attaque chimique présumée qui a entraîné des frappes occidentales d'une ampleur inédite contre le régime de Bachar al-Assad et provoqué un vif regain de tensions diplomatiques.

Le président russe Vladimir Poutine, allié indéfectible de la Syrie, a mis en garde dimanche les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni: une nouvelle frappe et ce sera "inévitablement le chaos" dans les relations internationales, a-t-il déclaré, cité dans un communiqué du Kremlin diffusé après une conversation téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani, autre grand allié du régime syrien.

Les Etats-Unis prendront, eux, dès lundi de nouvelles "sanctions russes" en lien avec l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien, a annoncé l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley.

Washington, Paris et Londres ont effectué samedi à l'aube des frappes contre trois sites présentés comme liés au programme d'armement chimique syrien, sans faire de victimes, en représailles à une attaque chimique présumée le 7 avril à Douma, qui était alors le dernier bastion rebelle dans la Ghouta, près de Damas. 

Le régime a démenti toute implication dans cette attaque qui a fait au moins 40 morts et des centaines de blessés, selon les secouristes en zones rebelles, les Casques blancs.

- "Allégations mensongères" -

La mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a pour mandat d'enquêter sur l'utilisation éventuelle d'armes chimiques mais pas d'en identifier les auteurs, est arrivée samedi à Damas.

Le plus grand secret entoure son travail.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad, s'est toutefois rendu dimanche à l'hôtel où réside la mission de l'OIAC à Damas et en est ressorti trois heures plus tard, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les missions d'enquête de l'OIAC débutent toujours par une série d'entretiens privés avec des officiels.

Il n'était en revanche pas confirmé que les experts se soient rendus sur place, à Douma, comme l'avait annoncé dans la matinée à l'AFP un officiel syrien. "Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression. Les résultats de l'enquête infirmeront les allégations mensongères" contre Damas, avait-il assuré.

En 2014, l'OIAC avait affirmé que la Syrie s'était débarrassée de ses armes chimiques conformément à un accord international. En 2017, une mission d'enquête conjointe avec l'ONU avait toutefois conclu que Damas avait utilisé du sarin, puissant gaz neurotoxique, à Khan Cheikhoun (nord-ouest) dans une attaque où 80 personnes avaient péri.

Sur place, le travail s'annonce compliqué pour les enquêteurs qui arrivent plus d'une semaine après les faits, dans une zone passée depuis sous contrôle du régime et de la police militaire russe et ravagée par cinq ans de siège et une violente offensive lancée le 18 février.

Les derniers combattants rebelles de Douma, ainsi que des civils, ont été évacués samedi dans le cadre d'un accord de reddition signé le 9 avril, deux jours après l'attaque chimique présumée.

La région est désormais "nettoyée" de tous les insurgés, a annoncé l'armée syrienne.

Les présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron ont assuré avoir la preuve de l'utilisation d'armes chimiques à Douma.

Une responsable de l'administration américaine a notamment précisé que les Etats-Unis avaient des informations "plus claires" sur une utilisation de chlore mais aussi "des informations significatives" sur un usage de sarin.

- Solution politique "inclusive" -

Après cet épisode militaire réalisé hors du cadre des Nations unies, les Occidentaux ont fait savoir qu'ils voulaient relancer la diplomatie sur le dossier syrien, pays en proie depuis 2011 à une guerre complexe qui a fait plus de 350.000 morts.

La France "n'a pas déclaré la guerre" à la Syrie de Bachar al-Assad, a assuré dimanche M. Macron, qui a rappelé la volonté de Paris de trouver une solution politique "inclusive", regroupant tous les acteurs de la crise. Il a ajouté avoir convaincu M. Trump de ne pas retirer les troupes américaines de Syrie.

Mais MM. Poutine et Rohani ont estimé que l'"action illégale" des Occidentaux "endommageait sérieusement les perspectives d'un règlement politique en Syrie".

Dénonçant une campagne occidentale de "tromperie et de mensonges", le président Assad a affirmé que "l'agression tripartite" montrait que "la Syrie et la Russie menaient une seule et même bataille, non seulement contre le terrorisme mais aussi pour protéger le droit international fondé sur le respect de la souveraineté des Etats".

Américains, Français et Britanniques ont présenté à l'ONU un nouveau projet de résolution sur la Syrie qui devrait être discuté à partir de lundi. Le texte inclut notamment la création d'un nouveau mécanisme d'enquête sur l'emploi d'armes chimiques.

Dimanche soir, l'armée américaine a précisé que deux des appareils ayant bombardé en Syrie avaient décollé de la base d'Al-Udeid, au Qatar, depuis laquelle elle a dirigé les opérations antijihadistes ces dernières années.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.