Covid-19 : la Chine confine une ville de 4 millions d'habitants

Covid-19 : la Chine confine une ville de 4 millions d'habitants
(illustration)

publié le mardi 26 octobre 2021 à 11h12

La Chine a pu reprendre une activité sociale et économique quasi-normale depuis 2020, grâce notamment à un strict suivi des déplacements via des applications mobiles. Seuls deux morts ont ainsi été enregistrés en plus d'un an.

Ils ne pourront plus sortir que pour les achats de première nécessité ou pour recevoir un traitement médical d'urgence : les 4 millions d'habitants de la ville de Lanzhou, dans le nord-est de la Chine sont confinés depuis mardi 25 octobre, après un rebond des cas de covid-19.

Si le nombre de cas -29 nouveaux malades d'origine locale- reste infime par rapport à d'autres pays, ils poussent le pouvoir à redoubler de vigilance alors que la Chine s'apprête à accueillir les Jeux olympiques d'hiver à partir du 4 février 2022. La majorité de ces cas sont liés aux déplacements d'un groupe de touristes contaminés.

Un récent foyer épidémique en Mongolie intérieure, dans le nord du pays, est responsable de plus d'une centaine de cas depuis la semaine dernière. Plusieurs provinces ont depuis recensé des personnes malades, notamment le Gansu (nord-ouest).

À Lanzhou, sa capitale, tous les quartiers résidentiels vont être soumis à une "gestion fermée" et à un strict contrôle des déplacements, a annoncé mardi la municipalité. Toute sortie hors du domicile ne sera désormais possible que pour des "achats de première nécessité", un impératif lié à l'épidémie, ou "un traitement médical d'urgence", ont précisé les autorités dans un communiqué. Lanzhou se situe à quelque 1.400 km à l'ouest de Pékin.


Les autorités chinoises s'inquiètent de la situation sanitaire à l'approche des JO. Ces derniers jours, les autorités ont demandé aux habitants d'éviter les voyages "non essentiels" hors de la ville, ainsi que les grands rassemblements. Toute personne arrivant à Pékin en provenance d'une région où des cas de Covid-19 sont recensés doit par ailleurs présenter un test négatif. Et le marathon de Pékin a été reporté sine die. Quelque 30.000 coureurs devaient y prendre part dimanche prochain.

Et gare à ceux qui ne prendraient pas au sérieux les injonctions du pouvoir : la police de la capitale a annoncé lundi l'ouverture de trois enquêtes pour non-respect supposé des règles sanitaires. Parmi les suspects : des personnes contaminées qui auraient dissimulé leur état de santé, des habitants confinés qui auraient fait le mur ou encore des pharmaciens accusés d'avoir remis des médicaments contre la fièvre et la toux à des clients, sans le signaler aux autorités.

La Chine a pu reprendre une activité sociale et économique quasi-normale depuis 2020, grâce notamment à un strict suivi des déplacements via des applications mobiles. Seuls deux morts ont ainsi été enregistrés en plus d'un an.

Le pays maintient une politique sanitaire qui vise le "zéro infection", avec une limitation drastique des entrées sur son territoire, des quarantaines obligatoires, des confinements et des tests dès l'apparition de quelques cas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.