Covid-19 : l'Europe peut atteindre l'immunité collective au 14 juillet, estime le commissaire européen Thierry Breton

Covid-19 : l'Europe peut atteindre l'immunité collective au 14 juillet, estime le commissaire européen Thierry Breton
Le commissaire européen au Marché intérieur, en charge de la vaccination, Thierry Breton, le 18 mars 2021, au Danemark.
A lire aussi

, publié le lundi 22 mars 2021 à 08h06

Invité dimanche soir du JT de TF1, le commissaire européen au Marché intérieur, en charge de la vaccination, s'est montré très confiant sur la hausse prévue des livraisons de vaccins. Il a par ailleurs assuré que l'Europe n'aurait pas besoin du vaccin russe.

Alors que l'Europe connaît une troisième vague de Covid-19, Thierry Breton a annoncé dimanche 21 mars que le continent pourrait être libéré de l'épidémie cet été grâce à la vaccination. "Prenons une date symbolique : le 14 juillet nous avons la possibilité d'atteindre l'immunité au niveau du continent", a assuré le commissaire européen au Marché intérieur, en charge de la vaccination, sur le plateau du 20H de TF1.



"C'est la dernière ligne droite parce que nous savons que pour vaincre cette pandémie, une seule solution: se faire vacciner. Les vaccins arrivent, ils seront là", a insisté l'ancien ministre de l'Economie français, balayant les critiques sur le retard de la vaccination dans l'Union européenne, comparé à Israël ou les Etats-Unis. "Je vois sur le terrain (...) que l'on monte en puissance, l'ensemble de notre infrastructure pour faire quelque chose d'inédit (...) pour faire en quelques mois des milliards de doses. Nous avons désormais 55 usines en Europe qui fonctionnent jours et nuits, nous fabriquons 100 à 150 millions de doses par mois. Et sur le deuxième trimestre nous allons livrer en Europe entre 300 et 400 millions de doses ", a-t-il annoncé.

Le commissaire européen a précisé la montée en cadence des livraisons attendues en Europe, avec 60 millions de doses livrées en mars, 100 millions en avril, 120 millions en mai...

"Pas besoin du vaccin Spoutnik V"

A tel point, que l'UE n'aura pas besoin du vaccin russe, a estimé Thierry Breton. "Priorité aux vaccins fabriqués sur le territoire européen", a-t-il martelé. "Nous n'aurons absolument pas besoin du vaccin Spoutnik V", a précisé le commissaire européen, qui assure que "les Russes ont un mal fou à le fabriquer et nous les y aiderons durant le second semestre s'ils en ont besoin".

Un avis que ne partage pas Angela Merkel. La chancelière allemande, critiquée pour la lenteur de la vaccination en Allemagne, s'est dit prête vendredi à commander le vaccin russe anti-Covid Spoutnik V pour son pays s'il est autorisé par l'UE. "En ce qui concerne le vaccin russe, je suis d'avis que tout vaccin autorisé par l'Agence européenne du médicament devrait être utilisé dans l'UE", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin. Dans ce cas "je préfèrerais une commande de l'UE" mais "si celle-ci n'intervenait pas (...) alors l'Allemagne devrait agir pour elle même et c'est ce que nous ferions", a-t-elle ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.