Covid-19 : l'Autriche annonce le reconfinement général de la population

Covid-19 : l'Autriche annonce le reconfinement général de la population
Alexander Schallenberg, le 14 novembre 2021, à Vienne

publié le vendredi 19 novembre 2021 à 10h55

Le chancelier autrichien a également annoncé la vaccination obligatoire contre le Covid-19 à partir du 1er février 2022.

Face à une nouvelle flambée des cas de coronavirus, l'Autriche va reconfiner l'ensemble de sa population à partir de lundi 22 novembre, a indiqué ce vendredi le chancelier Alexander Schallenberg. L'Autriche devient ainsi le premier pays de l'Union européenne à prendre une telle mesure face au retour des cas de Covid-19 en cet automne.

Cette décision intervient quatre jours après l'entrée en vigueur du confinement des non-vaccinés, qui était en application depuis lundi dernier.

Le chancelier s'était alors lamenté d'un taux de vaccination "honteusement bas" dans le pays (65% au 15 novembre). Face à cette forte proportion de personnes non-vaccinées, l'Autriche va aussi imposer la vaccination contre le Covid-19, la rendant obligatoire à partir du 1er février prochain.

Côté français, Emmanuel Macron a affirmé dans une interview à la Voix du Nord que le confinement des non-vaccinés n'était "pas nécessaire en France". "Les pays qui confinent les non-vaccinés sont ceux qui n'ont pas mis en place le passe. Cette mesure n'est donc pas nécessaire en France", explique le chef de l'État. "Par contre, je pense qu'on doit tous se faire les ambassadeurs de la vaccination. Je le vois, la parole publique a ses limites. Aidez-moi à convaincre ceux qui sont réticents, qui se sont enfermés dans une défiance solitaire", ajoute-t-il.



La France est, elle aussi, frappée par une nouvelle vague du Covid mais dans des proportions moindres avec 20.366 cas positifs recensés en 24h. L'exécutif espère pouvoir la contenir et traverser l'hiver sans mesures supplémentaires grâce aux outils mis en place, au premier rang desquels la vaccination. Interrogé sur une éventuelle généralisation de la dose de rappel, Emmanuel Macron a dit à La Voix du Nord attendre "l'avis des autorités sanitaires".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.