Coulée de boue en Afghanistan: 10 morts, des centaines de maisons emportées

Coulée de boue en Afghanistan: 10 morts, des centaines de maisons emportées
Localisation de la vallée du Panjshir en Afghanistan, où une coulée de boue a fait plusieurs morts et emporté des "centaines de maisons", jeudi

AFP, publié le jeudi 12 juillet 2018 à 11h46

Une coulée de boue provoquée par le débordement d'un lac de montagne a fait au moins 10 morts et emporté des "centaines de maisons" dans la vallée du Panjshir, dans le nord de l'Afghanistan, a annoncé jeudi le ministère de la gestion des catastrophes naturelles.

"Nous pouvons confirmer dix morts et des centaines de maisons détruites, des gens sont portés disparus", a déclaré le porte-parole du ministère Omar Mohammadi, ajoutant qu'une réunion d'urgence était en cours pour apporter du secours aux habitants.

Une retenue naturelle au sommet du village de Peshghor, dans le district de Khenj, a vu subitement le niveau de ses eaux enfler avec la fonte des neiges, accélérée par des températures estivales élevées, a-t-il expliqué.

"L'eau a débordé et provoqué une coulée de boue qui a envahi le village".

"C'était peu avant minuit", a rapporté un habitant joint par l'AFP, Jamil Ahmad. "J'ai entendu un roulement sourd qui aurait pu être le bruit d'un avion et quelqu'un a hurlé +Inondation!+. Des gens tiraient en l'air pour donner l'alerte. On s'est sauvé". 

"L'eau a dévasté l'essentiel du village, la mosquée, une école religieuse, tout le bazar... Nous sommes tous réfugiés en hauteur dans les montagnes, on a peur que ça recommence".

Selon Jamil Ahmad, "le village compte 500 à 600 maisons, la plupart inondées et toutes les boutiques ont été détruites".

"Le temps s'était vraiment réchauffé depuis trois jours, on était inquiet, mais on ne croyait pas vraiment que arriverait", conclut-il.

Deux hélicoptères ont été dépêchés sur place pour estimer les dégâts, selon le ministère. "Ils prennent des photos mais on n'a reçu aucune aide" a assuré le témoin.

Une réunion d'urgence a été convoquée pour organiser les secours "et sauver ceux qui sont ensevelis dans les débris ou dans leur maison", a poursuivi le porte-parole.

"Nous avons mis tous nos moyens disponibles en œuvre, mais comme toujours les premiers secours sont venus de la population locale et des villages voisins qui ont accouru avec des pelles pour aider les rescapés".

Témoignant de la gravité de la situation, le président Ashraf Ghani qui assiste à Bruxelles au sommet de l'Otan a envoyé une déclaration pour exprimer "sa profonde tristesse suite à l'incident de Peshghor dans lequel tant de gens ont perdu la vie".

Le district excentré et haut perché de Khenj, célèbre pour ses émeraudes, abrite plus de 150 villages éparpillés dans la vallée de la rivière Panjshir, qui s'ouvre à deux heures de route environ au nord de Kaboul.

La rivière qui roule d'ordinaire des eaux turquoises a pris jeudi la couleur brune de la terre qu'elle charrie, d'après les photos disponibles.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU