Coronavirus en Italie: Codogno entame sa quarantaine

Chargement en cours
Des habitants, le visage couvert d'un masque de protection, font leurs courses dans un supermarché le 23 février 2020 à Casalpusterlengo (Italie) placé en zone de confinement pour parer la propagation du nouveau coronavirus
Des habitants, le visage couvert d'un masque de protection, font leurs courses dans un supermarché le 23 février 2020 à Casalpusterlengo (Italie) placé en zone de confinement pour parer la propagation du nouveau coronavirus
1/2
© AFP, Miguel MEDINA

, publié le dimanche 23 février 2020 à 13h54

"Ne vous bousculez pas", dans la file d'un des uniques supermarchés ouverts à Codogno, dans le nord de l'Italie, l'angoisse est palpable alors que la police a commencé à fermer le périmètre autour d'une dizaine de villes des alentours.

Trois voitures surveillent l'entrée de Codogno, petite ville de 15.000 habitants environ à une soixantaine de kilomètres au sud de Milan.

"Nous préparons la mise en place des points de contrôle de la zone de confinement", explique à l'AFP une jeune policière qui commande l'équipe.

"Ce sera d'abord un périmètre relativement étroit, les communes touchées par l'épidémie, mais par la suite le périmètre pourrait s'élargir", dit-elle.

Les forces de l'ordre seront nombreuses à être déployées dans cette zone pour assurer le respect de la décision annoncée samedi soir par le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte: on n'entre pas, on ne sort pas de la zone contaminée, sauf dérogation spéciale.

"Nous sommes au total une dizaine d'équipes de la police criminelle, donc rien à voir avec ce genre de situation, mais on a fait appel à nous, de Bologne, de Turin, de Gênes, pour donner un coup de main", poursuit la policière.

Selon cette même source, ce seront des unités de la police financière (GDF), un autre corps de police, qui s'occuperont par la suite des points de contrôle.

"S'il vous plaît, ne vous bousculez pas, nous avons la volonté de servir tout le monde mais pas en même temps. Je compterai 40 personnes, pas 40 chariots mais 40 personnes, qui pourront entrer, puis au fur et à mesure que des personnes sortent d'autres pourront entrer", annonce un responsable d'un supermarché Lidl à une cinquantaine de personnes plantées devant l'entrée.

- "Eviter le chaos" -

La scène se passe à Casalpusterlengo, une petite commune aux portes de Codogno, considéré comme "l'épicentre du foyer" d'épidémie détecté en Lombardie (région de Milan), devant un supermarché qui n'a ouvert que vers 09H30 GMT (10H30 locales. 

"Notre objectif est d'éviter le chaos et de tous se protéger. Tout le monde pourra faire ses courses", ajoute le responsable non identifié.

"C'est inhumain, se battre pour quatre sandwiches c'est tout simplement dégueulasse", se désole Sante, la cinquantaine, assis dans sa voiture sur le parking du supermarché, très remonté contre le gouvernement.

"Je leur souhaite tout le mal possible, si je pouvais j'irais à Rome leur donner des coups de pied aux fesses", ajoute Sante.

Une femme dans la file tente de tranquilliser les gens autour d'elle: "le virus n'est pas mortel, si on s'en occupe à temps, on guérit".

"Moi j'ai très peur, on vit une situation vraiment pesante", confie à l'AFP-TV Emanuela, une infirmière qui travaille dans la zone et cherche à faire ses courses.

Casalpusterlengo héberge un site de la multinationale Unilever où travaille le cadre de 38 ans, considéré comme le "patient 1" qui a déclenché l'épidémie dans cette zone.

Sa femme enceinte de 8 mois est contaminée, ainsi qu'un ami avec lequel il jouait au foot, des habitués d'un bar appartenant à la famille de cet ami, des médecins qui l'ont soigné et des patients de l'hôpital de Codogno où il se trouvait de mercredi à samedi.

Environ 52.000 habitants de 11 villes dans le nord de l'Italie sont depuis dimanche en quarantaine, avec interdiction d'entrer et sortir de leur zone, après une brusque multiplication des cas de nouveau coronavirus et les deux premiers décès d'Européens sur le continent.

Le gouvernement a adopté samedi soir un décret-loi très strict qui met à l'isolement 11 villes, 10 en Lombardie autour de Codogno, et 1 à Vo' Euganeo, près de Padoue en Vénétie (région de Venise, nord-est), où est décédé le tout premier mort italien vendredi soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.