Corée : entre le Nord et le Sud, un sommet pour la paix

Corée : entre le Nord et le Sud, un sommet pour la paix
Le leader nord-coréen, Kim Jong-un, et son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, se sont retrouvés vendredi sur la zone démilitarisée entre leurs deux pays.

leparisien.fr, publié le samedi 28 avril 2018 à 07h33

Lors de cette rencontre historique, les dirigeants des deux Corées se sont engagés à œuvrer pour une dénucléarisation de la péninsule et la signature d'un accord de paix.

Pour une fois, la Corée a parfaitement mérité son appellation de « pays du matin calme ». Vendredi, en début de journée, alors que la France dormait encore, les dirigeants des deux moitiés de la péninsule se sont retrouvés dans le village de Panmunjom au milieu de la zone démilitarisée séparant leurs deux États depuis 1953. Jamais le climat n'avait semblé aussi doux et apaisé en ce printemps... « J'espère que je ne vous réveillerai plus avec mes tirs de missiles », a plaisanté Kim Jong-un en s'adressant à son homologue du Sud, le président Moon Jae-in.

Les deux hommes se sont cérémonieusement serré la main et le leader nord-coréen a enjambé la bordure en béton pour se rapprocher de son interlocuteur. Un geste non prévu dans la chorégraphie officielle réglée au millimètre pour marquer cet événement véritablement historique puisque c'était la première fois qu'un dirigeant du Nord mettait le pied du côté Sud de la frontière.

« Submergé par l'émotion », selon ses mots, Kim Jong-un a assuré que la Corée, dernier vestige dans le monde de la guerre froide, était « au seuil d'une histoire nouvelle ». Les deux dirigeants ont promis d'œuvrer en faveur d'une « dénucléarisation totale » de la péninsule.

La fin de la guerre est proche

Un dîner d'amitié, en présence des deux premières dames, a clôturé cette journée inimaginable il y a encore quelques mois. Les deux voisins ont indiqué qu'ils chercheraient à rencontrer les États-Unis ainsi que probablement la Chine « en vue de déclarer la fin de la guerre et établir un régime de paix permanent et solide ». Faute de traité, les deux pays sont en effet toujours juridiquement en guerre. Puis le dictateur nord-coréen a repris la direction de Pyongyang.

Donald Trump, qui avait copieusement insulté Kim Jong-un à la fin de l'année dernière alors qu'il multipliait les provocations en enchaînant essais nucléaires et tirs de missiles intercontinentaux, devrait rencontrer le leader communiste fin mai ou début juin. « Des choses positives se passent mais seul le temps permettra de juger ! », a-t-il prudemment tweeté. Avant d'écrire sans retenue, et en capitales : « LA GUERRE EN CORÉE VA SE TERMINER ! »

Le président américain a tenu à remercier Xi Jinping pour son « aide précieuse ». Le numéro un chinois ne peut lui-même que se féliciter que son incontrôlable allié nord-coréen soit revenu à une attitude plus pacifique. Seul le Japon - qui craint de se retrouver isolé dans un face-à-face avec la Chine - observe cette séquence avec une très nette réserve.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.