Contrôle de la météo : cette inquiétante nouvelle venue de Chine

Contrôle de la météo : cette inquiétante nouvelle venue de Chine©Panoramic
A lire aussi

, publié le samedi 05 décembre 2020 à 11h15

De la pluie, de la neige sur commande et moins de grêle. La Chine a annoncé qu'elle projetait d'étendre son programme expérimental de contrôle de la météo sur une surface plus large que le territoire indien (1,5 fois), relate CNN.

Ce n'est pas de la science-fiction, la Chine travaille depuis longtemps sur le contrôle de la météo.

Avant les Jeux olympiques en 2008, elle avait déjà amené la pluie dans la capitale pour réduire le smog et éviter que des gouttes tombent pendant la cérémonie d'ouverture, rappelle CNN. Cette fois, la superpuissance s'est fendue d'un communiqué dans lequel elle fait part de l'extension du programme expérimental de modification du temps, pour parvenir à un système "développé" d'ici 2025, incluant de nombreuses avancées en termes de recherche fondamentale et de "prévention globale des risques pour la sécurité".


Concrètement, l'objectif visé est de modifier la météo en fonction des besoins. En faisant pleuvoir ou neiger sur commande, l'empire du Milieu veut pouvoir faire face à des épisodes de sécheresse ou être en mesure de participer à l'extinction de feu de forêt. En évitant les chutes de grêle, les cultures pourront également être protégées.

Un territoire immense

Cette fois, l'expérimentation portera sur une surface gigantesque de plus de 5,5 millions de km², soit plus de la moitié du territoire chinois qui s'étend sur 9,597 millions km². Entre 2012 et 2017, le pays a investi 1,34 milliard de dollars dans ce programme.

Il n'est pas le seul à faire des recherches sur ce que l'on appelle l'ensemencement des nuages. Les États-Unis et 51 autres pays envisagent de se lancer dans de tels programmes basés sur le relâchement de certains gaz dans l'atmosphère, comme de l'iodure d'argent, afin que les vapeurs d'eau se rassemblent pour former des nuages et ensuite de la pluie.

L'Inde est inquiète pour son agriculture

Du côté de l'Inde, frontalière de la Chine, l'inquiétude est grande. Son agriculture est, en effet, très dépendante des moussons. Alors que le réchauffement climatique a déjà perturbé la saison des pluies, désormais de moins en moins prévisible, le contrôle chinois de la météo pourrait rendre le climat encore moins propice à l'agriculture indienne. Dans les années à venir, une telle technologie additionnée à un manque de coordination entre les autorités pourrait ainsi conduire à des accusations de "vol de pluie" entre régions et pays, ont d'ores et déjà alerté des chercheurs de l'Université nationale de Taiwan, dont Le Point se fait notamment l'écho. Le sujet n'a donc pas fini de faire couler de l'encre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.