Cinq choses à savoir sur les suffragettes britanniques

Cinq choses à savoir sur les suffragettes britanniques

Emmeline Pankhurst, l'une des fondatrice du mouvement des suffragettes britannique lors d'une manifestation sur Trafalgar Square à Londres, le 11 octobre 1908

AFP, publié le mardi 06 février 2018 à 07h33

Les suffragettes ont joué un rôle déterminant dans l'obtention, il y a cent ans, du droit de vote des femmes britanniques, à une époque où leurs semblables avaient peu de droits et ne jouaient aucun rôle sur la scène politique.

- 'Suffragettes' -

Les "suffragettes" sont à l'origine un quolibet dont le Daily Mail accable en 1906 les militantes de la "Women's social and political union" (WSPU), une organisation créée en 1903 par Emmeline Pankhurst à Manchester, dans le nord de l'Angleterre.

Des organisations militantes qu'on appelait alors "suffragistes" revendiquaient ce droit fondamental depuis les années 1870. 

- 'Des actions, pas des mots' -

Les suffragettes, qui s'approprient bientôt ce surnom, se considèrent comme des guerrières guidées par le mot d'ordre: "des actions, pas des mots". 

D'autres groupes, plus pacifistes, préféraient militer en menant des actions de lobbying par exemple. 

- Leurs méthodes -

Les suffragettes brisent des vitrines, posent des bombes et sabotent les réseaux électriques. La radicalité de leurs actions ont choqué le royaume britannique peu habitué à ces méthodes radicales.  

Leur action la plus spectaculaire est l'attentat à la bombe commis au domicile du Premier ministre David Lloyd George en 1913. 

La même année, Emily Davidson est la première militante à mourir en "martyre" en se jetant sous les sabots du cheval qui courait pour le roi George V lors de la course du Derby d'Epsom. 

Beaucoup de militantes sont jetées en prison où elles entament des grèves de la faim avant d'être nourries de force.

- Les militantes -

Bien qu'issue de la bourgeoise - comme la plupart des femmes à la tête des mouvements féministes - Emmeline Pankhurst a su mobiliser des forces issues de la classe ouvrière en particulier dans les usines de textile du nord du pays ou dans le quartier de l'East End à Londres. 

On ne connaît pas précisément le nombre de suffragettes enrôlées mais cette organisation n'avait guère le soutien de l'opinion. Elles étaient vivement critiquées par des femmes qui estimaient qu'elles trahissaient leur rôle de mère et d'épouse. 

- Leur contribution -

Au début de la guerre, Emmeline Pankhurst appelle ses militantes à suspendre leurs actions pour participer à l'effort de guerre. 

Les femmes obtiennent le droit de vote le 6 février 1918 mais ce n'est que dix ans plus tard, alors qu'Emmeline Pankhurst est déjà morte, qu'elles ont strictement les mêmes droits de vote que les hommes. 

Les suffragettes ont inspiré des féministes dans d'autres pays, en particulier en France où elles ont participé à l'obtention du droit de vote pour les femmes en 1944.

La maison à Manchester où Emmeline Pankhurst a lancé son mouvement est aujourd'hui un musée. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Cinq choses à savoir sur les suffragettes britanniques
  • Révolution d'octobre 1917, l'un des premiers décrets publiés par les soviets, c'est le droite de vote des femmes et immédiatement.(divorce....)...pas en 1928, 10 après.... cela n'enlève rien aux suffragettes, mais il important de rétablir la vérité historique

  • C'est bien la preuve que si les Femmes veulent évoluer dans notre Monde masculin ,qu'elles doivent prendre leur destin en main ....Elles ne peuvent compter que sur Elles !!!!

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    parmi "les choses" à savoir. aussi une anecdote distrayante qui en dit beaucoup :
    « L’ingénierie du consentement est l’essence même de la démocratie, la liberté de persuader et de suggérer »Non, la propagande au XXème siècle n’est pas née dans les régimes totalitaires, mais au cœur même de la démocratie libérale ; elle est née d’Edward Bernays, l’auteur de cette phrase. Edward Bernays est le neveu de Sigmund Freud. Dans le domaine des relations publiques et de la publicité, il mit au point les méthodes pour des firmes comme Lucky Strike. « Les torches de la liberté. » Cette expression à la portée aussi concrète que symbolique a été formulée par le père de la propagande politique et des relations publiques, Edward Bernays. Alors que son principal client – Lucky Strike – se plaint du mauvais état de ses ventes, Bernays décide de s’adresser à une nouvelle cible, les femmes, en utilisant les suffragettes, à qui l’industrie du tabac ne parle pas. « Les torches de la liberté », sa définition on ne peut plus explicite de la cigarette, incarnera d’ailleurs un de ses premiers succès en terme de communication/manipulation des masses. Son idée, convaincre les femmes américaines que fumer est un acte glamour et libérateur. Glamour, car jusqu’à cette époque, fumer était chez les femmes associé à la prostitution. Libérateur, car cette démarche de « féminisation » de la consommation du tabac intervient seulement quelques années après que les femmes aient accédé au droit de vote. Fumer devenait synonyme de liberté.
    Et le piège a fonctionné à merveille ! jack pot ! bingo !!!

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    Cinq choses à savoir sur les suffragettes britanniques. + une sixième :
    Les droits c'est une chose. Les devoirs s'en est une autre aussi.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]