Chypre divisée, une porte vers l'Union européenne pour les migrants

Chargement en cours
La zone tampon séparant la République de Chypre de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord, à Nicosie le 22 novembre 2021
La zone tampon séparant la République de Chypre de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord, à Nicosie le 22 novembre 2021
1/3
© AFP, Amir MAKAR

publié le mercredi 01 décembre 2021 à 10h38

Parti de Turquie sur une embarcation pneumatique en pleine nuit, Mohammed, un Syrien âgé d'une vingtaine d'années, est arrivé en octobre sur la côte nord de l'île divisée de Chypre, à moins de 100 km du rivage turc.

"Il y avait des femmes et des enfants" à bord, raconte Mohammed, qui préfère utiliser un pseudonyme pour ne pas mettre en danger ses proches restés à Idleb en Syrie.

Après son arrivée en République turque de Chypre-Nord (RTCN, autoproclamée et reconnue uniquement par Ankara), il a traversé la zone tampon entre les deux parties de l'île surveillée par des patrouilles de l'ONU, pour passer en République de Chypre, internationalement reconnue et membre de l'Union européenne, où il a déposé une demande d'asile.

"Ce n'est pas facile de quitter son pays, mais la situation en Syrie vous pousse à partir", raconte-t-il.

La République de Chypre qui a vu arriver un nombre croissant de migrants ces dernières années affirme être désormais confrontée à une "crise migratoire". 

Attendu sur l'île du 2 au 4 décembre, le pape François doit participer à une prière œcuménique avec des migrants. Il souhaite organiser un voyage permettant à des migrants de rejoindre Rome, selon le porte-parole du gouvernement chypriote.

L'île est divisée depuis l'invasion du nord de Chypre par l'armée turque en 1974 en réaction à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs souhaitant rattacher l'île à la Grèce. 

La République de Chypre n'exerce son autorité que sur les deux-tiers sud de l'île à majorité hellénophone. 

Elle dit compter le nombre le plus élevé de premières demandes d'asile des 27 membres de l'UE par rapport à sa population de près d'un million d'habitants et accuse la Turquie d'instrumentaliser les migrants irréguliers en leur permettant de passer côté sud depuis la RTCN.

- "Pas une priorité" -

La Turquie, qui compte près de 3,6 millions de réfugiés syriens, "pourrait, si elle le voulait, inonder l'île", estime Corina Drousiotou du Conseil chypriote pour les réfugiés.

"Je n'ai aucun doute sur le fait que d'arrêter" les arrivées depuis Chypre-Nord "n'est pas une priorité pour la Turquie" mais si ce flux était orchestré le nombre d'arrivants serait "bien plus élevé", poursuit-elle.

La ligne qui sépare les deux parties de l'île d'est en ouest sur 180 km fait de 30 m à 8 km de large, selon la Force des nations unies chargée du maintien de la paix à Chypre.

Sa topographie est compliquée, souligne Aleem Siddique, son porte-parole.

La République de Chypre affirme que 10.000 migrants irréguliers sont arrivés au cours des dix premiers mois de l'année, la plupart depuis le nord de l'île.

Quelque 20% des demandeurs d'asile se sont déjà rendus dans le passé en République de Chypre de manière légale, en tant qu'étudiant par exemple ou pour y travailler, selon la représentante à Chypre du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) Katja Saha.

Sur les neuf premiers mois de l'année, plus d'un cinquième des nouveaux demandeurs d'asile étaient des Syriens, selon des données de la République de Chypre publiées par le HCR. 

De nombreux autres sont arrivés à Chypre-Nord par avion depuis la Turquie, le seul pays à assurer des liaisons avec l'Etat non reconnu par la communauté internationale, souvent avec des visas étudiant.

Selon Mme Saha, le nombre de demandeurs d'asile d'Afrique de l'Ouest a augmenté en 2019, "via des passeurs ou en tant que simples étudiants" venus par le nord.

- "Environnement hostile -

Frida, une Camerounaise de 33 ans arrivée à Chypre-Nord avec un visa étudiant, dit avoir payé 500 euros pour passer au Sud.

Ioannis-Sotirios Ioannou du site d'information et analyse Geopolitical Cyprus dénonce "une arnaque" pour les étudiants qui a eu comme effet secondaire d'exercer une pression sur le sud en attirant des étudiants dans des universités payantes vers la RTCN isolée au plan économique pour les voir ensuite passer de l'autre côté.

Côté Nord, la petite Association pour les droits des réfugiés affirme que les personnes en situation irrégulière sont renvoyées et que le trafic d'êtres humains et la contrebande ont été interdits depuis l'année dernière.

"Nous n'avons pas de mécanisme pour l'asile. Nous avons seulement une définition du réfugié", explique Deniz Altiok, membre de cette association.

Côté Sud, certains accusent le gouvernement d'être alarmiste à des fins politiques et pour obtenir davantage d'aides de l'UE.

Nicos Trimikliniotis, expert en droits fondamentaux, affirme que le gouvernement se désintéresse délibérément du sort de personnes désespérées, soulignant les conditions de vie "très difficiles" à Pournara, principal centre d'accueil de l'île.

Selon lui, "la politique est de créer un environnement hostile."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.