Chine: un évêque reconnu par le Vatican relâché après 24 heures de détention

Chine: un évêque reconnu par le Vatican relâché après 24 heures de détention

Un évêque chinois, reconnu par le Vatican mais pas par Pékin, a été relâché après 24 heures de détention, au moment où un accord historique sur la nomination des évêques se profile entre le Saint-Siège et la Chine

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 28 mars 2018 à 11h02

Un évêque chinois, reconnu par le Vatican mais pas par Pékin, a été relâché après 24 heures de détention, a appris l'AFP mercredi de sources concordantes, au moment où un accord historique sur la nomination des évêques se profile entre le Saint-Siège et la Chine.

Mgr Vincent Guo Xijin, du diocèse de Mindong (sud-est), est au coeur des discussions entre Rome et le régime communiste: il a été prié récemment par la diplomatie vaticane de céder sa place à un évêque nommé par Pékin, Mgr Vincent Zhan Silu, et d'accepter d'être rétrogradé comme auxiliaire.

"Il est rentré chez lui. Il avait été interpellé lundi soir, puis il est rentré mardi soir", a déclaré à l'AFP une source proche de l'Eglise qui a requis l'anonymat pour raisons de sécurité.

Depuis Hong Kong, Patrick Poon, chercheur d'Amnesty International, a également confirmé la libération du prélat.

La police locale a déclaré ne pas être au courant, tout comme le bureau provincial des questions religieuses.

La nouvelle de son interpellation avait été annoncée mardi par AsiaNews, publication de l'Institut pontifical des missions étrangères de l'Eglise.

Selon des fidèles consultés par AsiaNews, sa détention s'expliquerait par son refus de concélébrer dimanche la messe de Pâques avec le prélat qui doit le remplacer. 

Le Vatican se rapproche d'un accord historique avec Pékin sur la question épineuse de la nomination des évêques, avec la décision du Saint-Siège de reconnaître prochainement sept prélats nommés par  le régime de Pékin, avait indiqué début février à l'AFP une source proche du dossier.

Selon des informations du quotidien français La Croix publiées lundi, une délégation chinoise est attendue cette semaine à Rome. 

Les quelque 12 millions de catholiques chinois sont déchirés entre une "Association patriotique" dont le clergé est choisi directement par le Parti communiste et une Eglise non officielle dont les évêques nommés par Rome sont tolérés mais non reconnus par Pékin. 

Le Saint-Siège n'entretient plus de relations diplomatiques depuis 1951 avec la Chine et reconnaît le régime rival de Taïwan.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Chine: un évêque reconnu par le Vatican relâché après 24 heures de détention
  • Quelles sont les conditions pour qu'un Evêque soit élu ou choisi? Jadis, c'était la communauté des fidèles qui choisissait celui qui pouvait être le responsable de la communauté au regard de la vie et du message de Jésus. Aujourd'hui, ce choix apparaît être un grade comme dans l'armée. C'est un homme célibataire, qui a suivi pendant des années une formation à l'étude des textes sacrés, et à la culture du pays dans lequel ils sont désignés pour y officier. Quoi de plus?

  • avatar
    tazounet  (privé) -

    Cela se passe comme cala dans les dictatures!

    Accuser le Vatican d'être une dictature, le mot est peut-être un peu fort.

    avatar
    tazounet  (privé) -

    Cher magiko je ne savait pas que la Chine était le vatican!

  • Ah si la France pouvait agir de même vis à vis des imam salafistes!