Canada : le cannabis légalisé par le Parlement

Canada  : le cannabis légalisé par le Parlement
Avec la légalisation du cannabis, le Canada compte lutter contre les trafics et encaisser des recettes fiscales (illustration).
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mercredi 20 juin 2018 à 07h19

La production et la consommation devraient être libres au mois de septembre.

Un nouveau pas franchi vers la légalisation du cannabis au Canada. Un vote du Sénat l'a approuvée mardi (52 voix pour, 29 contre), au lendemain d'un vote similaire à la chambre basse. Cette approbation au Parlement ouvre la voie à la libre consommation et à la libre production de cette drogue douce dès septembre.

Non élus, les sénateurs n'avaient pas constitutionnellement le droit de bloquer le projet de loi déjà adopté par les députés. Ils auraient seulement pu présenter des amendements.

Le texte doit maintenant recevoir la sanction royale, ce qui n'est qu'une formalité. Cette sanction royale est la signature du décret d'application par la Gouverneure générale, qui représente au Canada la reine Elizabeth II, souveraine du Royaume-Uni.

Lutter contre les trafics et protéger les jeunes

Ce vote met fin à la prohibition du cannabis, en vigueur depuis 1923 au Canada. Le pays devient ainsi le premier membre du G7 (club regroupant sept des pays parmi les plus industrialisés) à autoriser la pleine consommation et production du cannabis, cinq ans après que l'Uruguay est devenu le premier pays au monde à légaliser de la sorte. L'usage à des fins médicales a été autorisé en 2001.

Une légalisation effective est attendue dès septembre, a indiqué dimanche Bill Blair, député mandaté par le Premier ministre Justin Trudeau pour piloter cette réforme, promesse phare du parti libéral. «Nous envisageons une date d'entrée en vigueur comprise entre le début et la mi-septembre», a indiqué Bill Blair, ancien chef de la police de Toronto, sur la chaîne CTV.

Justin Trudeau, qui a avoué en 2013 avoir déjà fumé «cinq ou six fois» un joint avec des amis, justifie la légalisation pour sortir les trafiquants du marché et protéger les jeunes. Il considère que d'autres grands pays vont d'ailleurs emboîter le pas au sien.

Le système répressif «ne fonctionne pas»

«Dans beaucoup de pays, notamment au Canada, il est plus facile (NDLR : pour un mineur) d'acheter un joint que d'acheter une bière, ça n'a aucune logique ! Et, en plus, c'est une source de revenus épouvantables pour le crime organisé», a déclaré le chef du gouvernement.

Certains pays occidentaux «reconnaissent que le Canada est en train d'être audacieux (...) et reconnaissent l'honnêteté» du pays, qui avoue que le système répressif actuel «ne fonctionne pas pour empêcher nos jeunes d'avoir un accès facile au cannabis», avait expliqué Justin Trudeau en mai.

Par ailleurs, le gouvernement canadien va encaisser des recettes fiscales avec l'objectif de garder des prix bas pour se «débarrasser du marché noir».

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU