Brexit : retour sur les acteurs et phrases clés d'un divorce

Brexit : retour sur les acteurs et phrases clés d'un divorce
Boris Johnson à Londres, le 30 décembre 2020.

publié le jeudi 31 décembre 2020 à 11h10

Fruit de très longues tractations, le Brexit va être effectif le 1er janvier 2021 à minuit. Retour sur des années d'âpres négociations.
Après des années de déchirements, le Brexit va concrètement s'appliquer à la fin de l'année.

Jusqu'au bout, la saga a donné lieu a une foule de phrases marquantes, dont voici un florilège. 

"Accord de Brexit prêt à mettre au four"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est parvenu à mettre fin à plusieurs années de blocage en s'assurant il y a un an une très nette majorité au Parlement, à l'issue d'une campagne qui a démarré avec ce très simple slogan.


"Nous avons un accord prêt à mettre au four, mettons-le au micro-ondes dès après l'élection du 12 décembre", a déclaré le dirigeant conservateur en lançant la campagne. Boris Johnson promettait ainsi de mettre en oeuvre le Brexit sur la base de l'accord de divorce qu'il avait conclu quelques semaines auparavant.

Mais cet accord laissait aux négociations post-Brexit de nombreuses questions à résoudre, et il a fallu des mois d'âpres négociations pour trouver in extremis un compromis. 

"Pas à la carte"

Le négociateur en chef de l'Union européenne Michel Barnier a à de nombreuses reprises averti le Royaume-Uni qu'il ne pourrait pas piocher dans les règles du commerce avec l'UE en évitant d'être soumis aux obligations qui correspondent.
"Le Royaume-Uni demande beaucoup plus de la part de l'UE que le Canada, le Japon ou d'autres" "nous n'accepterons pas cette approche à la carte", a-t-il déclaré en juin, utilisant l'expression anglaise "cherry picking", littéralement "cueillette des cerises".

"La guerre est finie. Nous avons gagné !"

L'europhobe Nigel Farage (extrême-droite), qui a fait carrière sur le rejet de l'Union européenne, a célébré la sortie formelle du Royaume-Uni le 31 janvier devant ses partisans à Londres. "Nous pouvons célébrer le fait que nous sommes libres des contraintes de l'UE, nous pourrons retrouver notre place dans le monde", avait-il lancé, salué par les vivats de la foule.

"Ce qui arrive en ce moment marque un point de non-retour. Une fois que nous serons partis, jamais nous ne reviendrons... La guerre est finie. Nous avons gagné !"

"Allons-y"

Sur fond de craintes de blocage des ports à la fin de la période de transition, le gouvernement britannique a lancé une campagne cet été pour "nous encourager tous à jouer notre rôle en nous préparant pour le changement".
La campagne, intitulée "Nouveau départ pour le Royaume-Uni: allons-y", s'adressait aux futurs voyageurs vers l'UE, aux entreprises qui commercent avec elle, et aux citoyens européens installé dans le pays, à la radio, télévision et sur internet.

"Pas compris" l'importance de Douvres 

Alors ministre du Brexit, Dominic Raab a suscité moqueries et incrédulité quand, en novembre 2018, il a reconnu qu'il ignorait l'importance stratégique de Douvres (sud-est de l'Angleterre). Le port du sud-est de l'Angleterre peut absorber le passage de 10.000 camions par jour et représente 17% de la totalité des échanges de biens du pays.

"Je n'avais pas compris que c'était à ce point, mais si vous regardez le Royaume-Uni et si vous regardez comment se fait notre commerce, nous dépendons particulièrement des traversées Douvres-Calais", avait-il déclaré devant une commission parlementaire.

Cet aveu n'a pas semblé lui porter tort pour la suite de sa carrière: un peu plus d'un an plus tard, Boris Johnson l'a nommé ministre des Affaires étrangères.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.